Les actions de Twitter trébuchent après un piratage très médiatisé et sans précédent.


Les actions de Twitter Inc. ont chuté de plus de 4 % en pré-marché jeudi, un jour après que des pirates aient accédé aux systèmes internes de l’entreprise de médias sociaux pour détourner les comptes de plusieurs politiciens, milliardaires, célébrités et entreprises.

Les pirates ont infiltré les poignées Twitter du candidat présidentiel américain Joe Biden, de la star de la télé-réalité Kim Kardashian, de l’ancien président américain Barack Obama et du milliardaire Elon Musk pour solliciter de l’argent numérique – ce qui a suscité de grandes inquiétudes quant à la sécurité de cette plateforme très utilisée.

Le piratage « n’aide certainement pas », a déclaré Joe Wittine, analyste de Edgewater Research, à Reuters dans un courriel. Il posera plutôt un « risque de réputation », par opposition à un « risque matériel à court terme pour les revenus publicitaires ».

Selon Twitter, les pirates informatiques ont ciblé les employés ayant accès à ses systèmes internes et « ont utilisé cet accès pour prendre le contrôle de nombreux comptes très visibles (y compris vérifiés) et tweeter en leur nom ».

Dans une mesure extraordinaire, Twitter a temporairement empêché de nombreux comptes vérifiés de publier des messages alors qu’il enquêtait sur la violation.

Le directeur général de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré dans un tweet mercredi que c’était une « journée difficile » pour tout le monde sur Twitter et s’est engagé à partager « tout ce que nous pourrons quand nous aurons une compréhension plus complète de ce qui s’est passé exactement ».

D’autres comptes très connus ont été piratés, notamment ceux du rappeur Kanye West, du fondateur d’Amazon Jeff Bezos, de l’investisseur Warren Buffett, du co-fondateur de Microsoft Corp Bill Gates et des comptes d’entreprise de Uber et Apple Inc. Plusieurs comptes d’organisations spécialisées dans la cryptologie monétaire ont également été détournés.

Les enregistrements de chaînes de blocage accessibles au public montrent que les escrocs apparents ont reçu plus de 100 000 dollars en cryptocourant.


Source photo : Mike Blake pour Reuters ; rédaction par Bernard Orr pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :