Taïwan organise des exercices pour repousser l’invasion dans un contexte de tensions en Chine


Les forces aériennes, maritimes et terrestres de Taiwan ont mené jeudi des exercices de tirs réels simulant la répulsion d’une force d’invasion.
Le président Tsai Ing-wen a déclaré que cela montrait leur détermination à défendre l’île démocratique et revendiquée par les Chinois.
Des F-16 et des avions de chasse Ching-kuo de fabrication nationale ont lancé des frappes et des chars ont couru à travers les broussailles de l’intérieur, tirant des obus pour détruire des cibles sur la plage.
Environ 8 000 personnes ont participé à des exercices, organisés sur une bande côtière près de Taichung, dans le centre de Taïwan.

Les exercices, appelés « Han Kuang », sont les principaux exercices annuels de Taïwan.
Cette année, la Chine a intensifié son activité militaire autour de l’île, notamment en faisant voler des avions de chasse et des bombardiers à proximité de ce que Pékin appelle son « territoire sacré ».

« Les exercices Han Kuang sont un événement annuel majeur pour les forces armées, évaluant le développement des capacités de combat. Plus encore, ils permettent au monde de voir notre détermination et nos efforts pour défendre le territoire du pays », a déclaré M. Tsai aux troupes.
Tsai, qui a été réélu en janvier dernier avec une majorité écrasante, s’engageant à tenir tête à la Chine, a fait de la modernisation de l’armée une priorité.
L’année dernière, Taïwan a dévoilé sa plus forte augmentation des dépenses de défense en plus de dix ans.

« Comme je l’ai dit, la sécurité nationale ne repose pas sur des courbettes et des grattements mais sur une défense nationale solide. Tous nos officiers et soldats sont au cœur de cette défense ».

Bien que l’armée taïwanaise soit bien entraînée et bien équipée, avec du matériel essentiellement américain, la Chine a une énorme supériorité numérique et ajoute des équipements de pointe tels que des chasseurs furtifs et de nouveaux missiles balistiques.

La Chine considère que Taïwan fait partie de la « Chine unique » et n’a jamais renoncé à l’usage de la force pour mettre l’île sous son contrôle.

Taïwan est l’un des points chauds de la relation américano-chinoise, dont le nombre ne cesse de croître.
Pékin dénonce régulièrement le soutien de Washington à l’île.

La Chine a intensifié la pression sur Taïwan, affirmant que le Tsai fait pression pour l’indépendance formelle de l’île – une ligne rouge pour Pékin.
Elle affirme que Taïwan est déjà un État indépendant appelé République de Chine, son nom officiel.

pour reuters Ann Wang

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :