Selon Twitter, les attaquants ont téléchargé des données depuis jusqu’à huit comptes non vérifiés.


Twitter Inc a déclaré samedi que des pirates ont pu télécharger des informations sur huit comptes impliqués dans le piratage de ses systèmes cette semaine, mais a déclaré qu’aucun d’entre eux n’était un compte vérifié.

La société a déclaré que les attaquants non identifiés ont ciblé 130 comptes, et ont pu réinitialiser les mots de passe pour prendre le contrôle de 45 d’entre eux et tweeter à partir de ces comptes.

Les pirates ont accédé aux systèmes internes de Twitter pour détourner certaines des plus grandes voix de la plateforme, dont le candidat à la présidence des États-Unis Joe Biden, la star de la télé-réalité Kim Kardashian, l’ancien président américain Barack Obama et le milliardaire Elon Musk, et les ont utilisés pour solliciter de l’argent numérique.

Les enregistrements des chaînes de magasins accessibles au public montrent que les escrocs apparents ont reçu plus de 100 000 dollars en cryptocrédit.

Lors de l’attaque qui s’est produite mercredi, Twitter a déclaré que les pirates ont pu consulter des informations personnelles, notamment les adresses électroniques et les numéros de téléphone des 130 comptes ciblés, mais qu’ils n’ont pas pu consulter les mots de passe des comptes précédents.

« Dans les cas où un compte a été repris par l’attaquant, ils peuvent avoir été en mesure de voir des informations supplémentaires », a déclaré Twitter dans la déclaration sans préciser le type d’informations accédées.

Les pirates peuvent également avoir tenté de vendre les noms d’utilisateur de certains comptes, a-t-il dit.

Parmi les comptes les plus connus qui ont été piratés figurent le rappeur Kanye West, le fondateur d’Amazon.com Jeff Bezos, l’investisseur Warren Buffett, le co-fondateur de Microsoft Bill Gates et les comptes d’entreprise de Uber et Apple.

Dans sa dernière déclaration, Twitter a déclaré que les attaquants ont « manipulé un petit nombre d’employés » pour avoir accès aux outils de support interne utilisés lors du piratage.

La société a déclaré qu’elle dissimulait certains détails de l’attaque alors qu’elle poursuivait son enquête et a réitéré qu’elle travaillait avec les propriétaires de comptes touchés.

La division du FBI à San Francisco mène une enquête sur le piratage, et de nombreux législateurs de Washington demandent également que l’on rende compte de la manière dont il s’est produit.


Rédaction par Lincoln Feast, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :