Un jeune homme tué par balle au Venezuela, pour protester contre la pénurie d’essence.


Un jeune homme a été abattu dans un village de pêcheurs au Venezuela lors d’une manifestation contre le rationnement de l’essence, ont déclaré vendredi des députés de l’opposition et un groupe local de défense des droits de l’homme.

Jose Luis Albornoz, 19 ans, est mort jeudi d’une balle à la poitrine qui aurait été tirée par un membre de la Garde nationale, qui nettoyait la manifestation sur l’île de Toas dans le nord-ouest de l’Etat de Zulia, a déclaré Avilio Troconiz, un député de l’opposition.

L’essence arrivait sur l’île une fois par mois et les stations vendaient les 120 litres alloués par personne dans le cadre d’un système de rationnement gouvernemental, mais jeudi, le garde aurait voulu limiter les ventes à 60 litres, ce qui a suscité des protestations, a déclaré Troconiz à Reuters. « Le garde a réagi avec des balles et c’est alors qu’ils ont tué le garçon. »

Environ 90% de la population de la petite île isolée de Toas se nourrit de la pêche. La communauté a allégué que la réduction des rations ne leur donnerait pas assez d’essence pour faire fonctionner leurs bateaux, a ajouté Troconiz.

« Des témoins affirment que les responsables de la Garde nationale bolivarienne qui ont réprimé la manifestation seraient responsables », a déclaré la commission non gouvernementale Zulia pour les droits de l’homme (Codhez), ajoutant que le pêcheur n’avait pas eu de carburant pendant des jours.

Le ministère de l’information n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.

Le Venezuela est confronté à de nouvelles pénuries de carburant après un soulagement momentané en juin en raison de l’arrivée d’essence en provenance d’Iran.

Les données fournies par le Venezuela à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole en début de semaine ont montré que la production de brut en juin était tombée à son plus bas niveau depuis 77 ans, les sanctions américaines ayant étouffé les exportations.

La production est en baisse depuis 2016 en raison du sous-investissement et de la mauvaise gestion, trois ans avant les sanctions américaines sur Petróleos de Venezuela, S.A., ou PDVSA.

La nation de l’OPEP a été confrontée à des pénuries de carburant. En juin 2019, un homme a été tué par balle dans une station-service de l’État de Mérida, au nord-ouest du pays, alors qu’il attendait dans une file de centaines de voitures pour obtenir du carburant.


Source de la photo : Wikipédia ; rédaction par Sarah Kinosian, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :