Données vocales récupérées d’un avion ukrainien abattu, le Canada est sceptique quant à l’explication de l’Iran.


Les enquêteurs qui examinent les boîtes noires du jet ukrainien accidentellement abattu par l’Iran ont récupéré les données vocales de son cockpit, a déclaré lundi le bureau français d’enquête sur les accidents du BEA.

Les forces iraniennes affirment avoir abattu le Boeing 737 de la compagnie aérienne ukrainienne le 8 janvier dernier après l’avoir pris pour un missile, dans un contexte de tensions accrues avec les Etats-Unis. Les 176 personnes à bord – dont 57 Canadiens – ont été tuées.

« Les données du CVR – y compris l’événement lui-même – ont été téléchargées avec succès », a déclaré le BEA dans un tweet, en référence à l’enregistreur vocal du cockpit.

Il n’a pas précisé le contenu de l’audio, qui enregistre les communications verbales des pilotes et d’autres sons du cockpit. La publication de toute information supplémentaire est du ressort des autorités iraniennes qui mènent l’enquête, a déclaré un porte-parole du BEA.

L’Iran a accepté en juin d’envoyer les enregistreurs au BEA pour analyse, mettant fin à une longue impasse avec le Canada, l’Ukraine et la France.

Le ministre canadien des affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a déclaré que le transfert de l’Iran était une mesure nécessaire et attendue depuis longtemps.

Mais il a exprimé des doutes quant à un rapport intérimaire de l’Organisation de l’aviation civile iranienne qui attribue la responsabilité du mauvais alignement d’un système radar et du manque de communication entre l’opérateur de défense aérienne et ses commandants.

« Je n’accorde pas beaucoup de crédibilité à ce rapport. Ce n’est pas seulement le résultat d’une erreur humaine – je pense que ce serait une simplification excessive de ce qui s’est réellement passé », a-t-il déclaré à Reuters par téléphone.

« Nous devons comprendre qui sont les responsables, qui a donné cet ordre, comment l’espace aérien a pu rester ouvert, comment ces missiles ont été tirés ? »

L’avion a été abattu quelques heures après que l’Iran ait tiré des missiles sur les bases aériennes irakiennes abritant les forces américaines en représailles au drone américain qui a tué un haut commandant iranien.

L’extraction des données est effectuée avec un enquêteur iranien et observée par des experts canadiens, américains, suédois et britanniques et des représentants de l’UIA, de Boeing et du motoriste Safran.


Source photo : Twitter @BEA_AERO pour Reuters ; rédaction par Mark Heinrich et Dan Grebler, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :