L’Iran exécute un homme accusé d’espionnage pour les États-Unis et Israël.


Un Iranien accusé d’espionnage pour le compte des services de renseignement américains et israéliens a été exécuté lundi, selon l’agence de presse officielle iranienne IRIB.

Le mois dernier, la justice a déclaré que Mahmoud Mousavi-Majd, qui avait été arrêté en 2018, avait espionné l’ancien commandant des gardiens de la révolution Qassem Soleimani, ajoutant toutefois que l’affaire n’était pas liée à l’assassinat de Soleimani au début de l’année.

Le 3 janvier, une attaque de drones américains en Irak a tué Soleimani, chef de la force des Quds des gardiens de la révolution. Washington avait accusé Soleimani d’être l’instigateur des attaques des milices alignées sur l’Iran contre les forces américaines dans la région.

Cette exécution intervient au moment où des millions d’Iraniens se sont exprimés sur les médias sociaux pour protester contre les condamnations à mort prononcées à l’encontre de trois hommes accusés d’avoir participé à des manifestations antigouvernementales en novembre dernier.

Leurs exécutions ont été suspendues, a déclaré dimanche l’un de leurs avocats, Babak Paknia.

Les militants des droits de l’homme ont déclaré que les condamnations des trois hommes visaient à intimider les futurs manifestants.

Des témoins ont déclaré que les forces de sécurité avaient tiré des gaz lacrymogènes jeudi dernier pour disperser les manifestants de la ville de Behbahan, dans le sud-ouest du pays, qui protestaient contre les problèmes économiques mais aussi contre les condamnations à mort prononcées contre les trois hommes.

Le hashtag farsi « Ne pas exécuter » a été tweeté des millions de fois la semaine dernière.


Rédaction par Raju Gopalakrishnan, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :