Le gouvernement britannique n’a pas réussi à déterminer si la Russie s’est immiscée ou non dans le vote du Brexit

Le gouvernement britannique n’a pas réussi à déterminer si la Russie s’est immiscée dans le référendum de 2016 sur l’adhésion à l’UE, selon un rapport parlementaire publié aujurd’hui, qui demande à la communauté du renseignement d’enquêter sur cette question et de rendre ses conclusions publiques.

Le rapport tant attendu de la commission parlementaire du renseignement et de la sécurité a révélé que la Russie avait tenté d’influencer un référendum séparé en 2014 lorsque les électeurs écossais ont rejeté l’indépendance.

Mais le comité n’a pas été en mesure de déterminer si la Russie avait tenté d’influencer le référendum de l’Union européenne.
Lorsqu’on lui a demandé des preuves, la principale agence de renseignement britannique MI5 n’a produit que six lignes de texte.

Le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson, qui est arrivé au pouvoir comme l’une des figures de proue de la campagne victorieuse pour quitter l’UE, a répondu qu’il n’avait vu aucune preuve d’une intervention russe « réussie » dans le référendum.

Il a rejeté l’appel à une révision.

Le rapport a présenté la Russie comme une puissance hostile qui représente une menace importante pour la Grande-Bretagne et l’Occident sur plusieurs fronts, de l’espionnage et du cyber-espionnage à l’ingérence dans les élections et au blanchiment d’argent sale.

« Il semble que la Russie considère le Royaume-Uni comme l’une des principales cibles des services de renseignement occidentaux », selon le rapport.

Il y a des indications de source ouverte que la Russie a cherché à influencer la campagne de Brexit, mais aucune preuve concrète n’a été produite.

« Le point clé est que … ils n’ont même pas cherché à poser cette question et c’est le cœur de ce rapport », a déclaré Stewart Hosie, membre du comité du Parti national écossais, aux journalistes.

« Nous n’avons pas vu de preuves parce qu’il n’y en avait pas et personne au gouvernement n’a cherché à regarder ou à poser les questions qui devaient être posées », a déclaré le législateur travailliste Kevan Jones.

Le Kremlin a déclaré que la Russie n’a jamais interféré dans les processus électoraux d’un autre pays. La Russie a maintes fois nié s’être immiscée à l’Ouest, faisant passer les États-Unis et la Grande-Bretagne pour des hystériques anti-russes.
« La Russie n’a jamais interféré dans les processus électoraux d’aucun pays du monde – ni les États-Unis, ni la Grande-Bretagne, ni aucun autre pays », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, a qualifié le rapport de « Russophobie dans un faux cadre ».

Les relations entre Londres et Moscou ont plongé au plus bas après la guerre froide, la Grande-Bretagne ayant accusé la Russie d’avoir empoisonné l’ancien espion russe Sergei Skripal et sa fille Yulia avec un agent neurotoxique dans la ville anglaise de Salisbury.

La semaine dernière, le gouvernement britannique a déclaré qu’il croyait que des acteurs russes avaient tenté de s’immiscer dans les élections de l’année dernière, après que le rapport ait été terminé.

Lors de la discussion sur le référendum européen, le rapport est fortement édité et il y avait une annexe classifiée qui n’a pas été publiée.

La commission a également présenté la Russie comme une source d’argent corrompu qui avait été accueillie à Londres, la première capitale financière internationale.

« Le Royaume-Uni a accueilli l’argent russe, et peu de questions – si tant est qu’il y en ait – ont été posées sur la provenance de cette richesse considérable », selon le rapport. « Le Royaume-Uni a été considéré comme une destination particulièrement favorable pour les oligarques russes et leur argent ».

Il offrait des mécanismes idéaux permettant de recycler les fonds illicites par le biais de ce que l’on a appelé la « laverie » de Londres », selon le rapport.

pour reuters
Elizabeth Piper, William James

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :