Le ministre allemand à Athènes, concentré sur la tension en Méditerranée orientale


Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a exhorté la Turquie mardi à s’engager pleinement dans les pourparlers prévus avec l’Union européenne et à éviter les «actions de provocation» en Méditerranée orientale afin d’éviter une crise potentielle avec la Grèce voisine.

La Grèce et la Turquie, alliées de l’OTAN, sont en désaccord sur les droits de forage dans la région, l’UE et les États-Unis étant de plus en plus critiques à l’égard des projets d’Ankara visant à étendre les opérations d’exploration et de forage dans les semaines à venir dans des zones revendiquées par Athènes.

«Nous avons une position très claire: le droit international doit être respecté. Par conséquent, des progrès dans les relations avec la Turquie ne pourront être réalisés que si Ankara évite les provocations en Méditerranée orientale », a déclaré Maas après des discussions à Athènes.

« Dans le même temps, au sein de l’Union européenne, nous voyons la nécessité d’engager un dialogue avec la Turquie. »

Maas, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, rencontrait à Athènes son homologue grec, Nikos Dendias, ainsi que le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis et la présidente Katerina Sakellaropoulou.

La Grèce espère que l’Allemagne utilisera son influence auprès de la Turquie pour faire avancer les négociations.

Plus tôt ce mois-ci, l’Allemagne a organisé des pourparlers inopinés avec des responsables grecs et turcs pour tenter de relancer les discussions.

La Turquie a accusé la Grèce d’essayer de l’exclure des avantages des découvertes de pétrole et de gaz en mer Égée et en Méditerranée orientale, faisant valoir que les frontières maritimes à des fins d’exploitation commerciale devraient être divisées entre le continent grec et turc et ne pas inclure les îles grecques sur un pied d’égalité. base. Athènes rejette l’argument comme étant une violation flagrante du droit international.

La Grèce fait pression sur les autres États membres de l’UE pour qu’ils préparent des «sanctions paralysantes» contre la Turquie si elle poursuit ses plans d’exploration pétrolière et gazière qui devraient démarrer en septembre, selon la compagnie pétrolière publique turque TPAO.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré la semaine dernière qu’il lancerait une initiative pour engager la Turquie dans des pourparlers, citant des «développements inquiétants» en Méditerranée orientale et la guerre civile en Libye.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :