Le suspect du tireur allemand ayant ouvert le feu sur une synagogue est jugé dans un environnement de haute sécurité

Un homme de 28 ans accusé d’avoir tué deux personnes après avoir ouvert le feu sur une synagogue en Allemagne de l’Est le jour saint juif de Yom Kippour l’année dernière a été conduit dans une salle d’audience par des policiers armés pour le début de son procès.
Le suspect, Stephan B., est accusé de meurtre pour deux chefs d’accusation, ainsi que de tentative de meurtre et d’incitation.

S’il est reconnu coupable, il risque une peine de prison à vie.

Les procureurs affirment qu’il a avoué les crimes.
Il n’a pas encore répondu aux accusations devant le tribunal.

Portant un masque facial à coronavirus, Stephan Balliet a pris place dans la salle d’audience menotté et a regardé autour de lui.
Le début du procès a été retardé de deux heures en raison de mesures de sécurité strictes.
Le tireur a tiré sur la synagogue de la ville de Halle, dans l’est du pays, en octobre dernier, et les procureurs ont déclaré qu‘il visait à tuer le plus grand nombre possible des plus de 50 fidèles présents à l’intérieur.

Cependant, après avoir échoué à entrer dans le bâtiment, il s’est déchaîné à l’extérieur, tuant une passante et un homme à l’intérieur d’une boutique de kebab.

L’agresseur a retransmis son attaque en direct.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, a déclaré que le tueur devait faire face à la pleine force de la loi et que l’attentat de Halle montrait à quel point les populistes et les extrémistes de droite étaient devenus plus effrontés.

« L’État ne doit pas relâcher sa lutte contre l’extrémisme de droite, l’antisémitisme et le racisme. Un verdict clair sur les actes de Stephan B. enverrait un signal clair contre la violence et l’extrémisme de droite en Allemagne » a déclaré M. Schuster.

Les crimes antisémites sont particulièrement sensibles en Allemagne en raison de l’héritage de l’Holocauste.

La police locale s’est attiré des critiques pour avoir laissé le lieu de culte sans protection et ne pas avoir réalisé qu’il s’agissait de Yom Kippour, le jour le plus saint de l’année juive.

Le nombre de crimes antisémites commis en Allemagne a augmenté de 13% l’année dernière, a déclaré le ministre allemand de l’intérieur en mai, en rejetant la faute sur les radicaux de droite.

pour reuters Madeline Chambers

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :