Un tribunal roumain condamne l’ancien ministre des finances à une peine de prison.


Un tribunal roumain a condamné mardi l’ancien ministre des finances Darius Valcov à six ans et demi de prison pour avoir accepté un pot-de-vin et fait du trafic d’influence lors de l’attribution de marchés publics de travaux dans l’un des pays les plus corrompus de l’Union européenne.

Valcov, 43 ans, qui avait également été conseiller économique du cabinet et auteur de nombreuses réductions d’impôts et de plafonds de prix controversés du parti social-démocrate alors au pouvoir, a nié avoir commis des méfaits.

Le verdict n’est pas définitif, dans l’attente de son appel.

En 2018, il a été condamné à huit ans de prison pour trafic d’influence et blanchiment d’argent dans une affaire distincte, un verdict préliminaire également en attente d’appel.

Les deux affaires concernent la corruption dans l’attribution de contrats de travaux publics alors que Valcov était maire de la ville de Slatina, dans le sud de la Roumanie, de 2004 à 2012, ont déclaré les procureurs anti-corruption.

Les procureurs ont obtenu une série de condamnations ces dernières années contre des législateurs, des ministres et des maires, dont l’ancien leader social-démocrate Liviu Dragnea.

Leurs enquêtes ont révélé des conflits d’intérêts, des abus de pouvoir, des fraudes et l’attribution de contrats publics en échange de pots-de-vin.

Les tentatives répétées des sociaux-démocrates de dépénaliser certains délits de corruption, d’alourdir la charge de la preuve et de raccourcir les peines, jusqu’à ce qu’ils perdent un vote de défiance l’année dernière, ont alarmé Bruxelles et déclenché les plus grandes manifestations de rue de Roumanie depuis des décennies.

L’organisme de surveillance de Transparency International a classé la Roumanie et la Hongrie comme les deux pays les plus corrompus de l’UE à 27, après la Bulgarie l’année dernière. Bruxelles exerce une surveillance particulière sur le système judiciaire roumain.


Source photo : Wikipédia ; rédaction par Andrew Cawthorne, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :