La justice russe se prononcera dans le procès de l’historien Louri Dmitriev qui a trouvé des tombes de l’ère stalinienne

Un tribunal russe est prêt à rendre son verdict dans le procès à huis clos d’un historien.
Ce dernier est accusé d’avoir agressé sexuellement sa fille adoptive, une affaire que son avocat dit fabriquée pour le punir de documenter les crimes de l’ère stalinienne.

Les procureurs de l’État ont demandé au tribunal d’emprisonner Iouri Dmitriev, qui nie avoir commis des actes répréhensibles, pendant 15 ans.
L’homme de 64 ans a été blanchi de charges similaires en 2018, mais cette décision a été annulée et il a été arrêté pour une nouvelle accusation la même année.

Le verdict d’aujourd’hui sera également rendu à huis clos.

Viktor Anufriev, l’avocat de Dmitriev, a déclaré lors d’une conférence de presse ce mois-ci que son client n’avait rien fait de mal. En juin, il a écrit sur Facebook que Dmitriev était jugé et détenu pour des accusations forgées de toutes pièces.

Les groupes de défense des droits humains et d’autres partisans estiment que l’affaire est politiquement motivée et que Dmitriev a été la cible de son travail exposant la répression de l’État qui a eu lieu sous le dictateur Josef Staline en 1937-1938.

Ils disent que son travail n’est plus le bienvenu dans une Russie moderne où le récit dominant de l’État est d’une grande nation qui se lève de ses genoux.

Après l’éclatement soviétique, Dmitriev a trouvé une fosse commune contenant des milliers de corps dans la forêt de Sandarmokhtar dans le nord-ouest de la Russie datant de la Grande Terreur de l’ère stalinienne. Il s’est efforcé d’identifier les victimes individuelles.

Le Kremlin a déclaré qu’il n’était pas impliqué dans cette affaire.

Interrogé sur la question de savoir si elle est motivée par la politique, les procureurs de l’État l’ont dit sur la base de preuves réelles.

L’Union européenne a déclaré que les accusations portées contre Dmitriev étaient douteuses, et les défenseurs des droits de l’homme ont fait campagne pour la libération de Dmitriev depuis qu’il a été arrêté en 2016 sur des accusations de pornographie juvénile impliquant également sa fille adoptive.

Il a été acquitté de ces accusations en 2018, mais la Cour suprême de la région de Carélie a annulé la décision après qu’un appel de l’accusation et des enquêteurs de l’État ont ouvert une nouvelle procédure pénale pour agression sexuelle présumée.

pour reuters Tom Balmforth

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :