Les inondations en Asie du Sud déplacent des millions de personnes, tuent 550


Plus de 9,6 millions de personnes en Asie du Sud ont été touchées par de graves inondations, des centaines de milliers d’entre elles luttant pour obtenir de la nourriture et des médicaments, ont déclaré mercredi les responsables et les organisations d’aide.

Environ 550 personnes sont mortes en Inde, au Bangladesh et au Népal, tandis que des millions ont été déplacées de leurs foyers depuis le début des inondations le mois dernier, a indiqué la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ou FICR.

L’organisation a mis en garde contre une crise humanitaire, indiquant que près d’un tiers du Bangladesh a déjà été inondé, et que d’autres inondations sont attendues dans les prochaines semaines. Elle a indiqué que 2,8 millions de personnes ont été touchées et que plus d’un million sont isolées.

En Inde, plus de 6,8 millions de personnes ont été touchées par les inondations, principalement dans les États du nord de l’Assam, du Bengale occidental, du Bihar et de Meghalaya, à la frontière du Bangladesh, a déclaré la FICR, citant des chiffres officiels.

Dans le seul État d’Assam, au nord-est de l’Inde, quelque 2,5 millions de personnes ont été touchées et au moins 113 sont mortes, selon les autorités.

M.S. Manivannan, chef de l’Autorité de gestion des catastrophes de l’Assam, a déclaré que de nombreuses rivières coulaient encore au-dessus du niveau de danger.

Plus de 100 animaux, principalement des cerfs, sont morts dans les inondations qui ont submergé le parc national de Kaziranga, à 225 kilomètres (139 miles) à l’est de la capitale de l’Etat, Gauhati. De nouvelles pluies sont attendues dans les prochains jours.

Au Bangladesh, les experts affirment que la mousson de cette année va durer plus longtemps que d’habitude car on s’attend à ce que davantage d’eau arrive de l’Inde en amont, qui partage 53 rivières communes avec le Bangladesh en aval.

Arifuzzaman Bhuiyan, l’ingénieur exécutif du Centre de prévision et d’alerte des inondations, a déclaré que les eaux ne devraient pas commencer à reculer avant la deuxième semaine d’août.

A Kurigram, l’un des districts les plus touchés du nord du Bangladesh, des milliers de personnes se sont réfugiées sur des terrains plus élevés, laissant derrière elles leurs maisons et leurs biens.

« Beaucoup de gens ne prennent pas trois repas par jour », a déclaré par téléphone Mizanur Rahman Soikat, un bénévole de la Fondation Bidyanondo, une organisation caritative locale. « Le gouvernement et les groupes de bénévoles essaient de leur donner de la nourriture et des médicaments, mais il devient de plus en plus difficile de suivre les personnes touchées à cause de la montée des eaux.

Jagan Chapagain, secrétaire général de la FICR, a déclaré que l’Asie du Sud pourrait être confrontée à une crise humanitaire.

« Les populations du Bangladesh, de l’Inde et du Népal sont prises en sandwich dans une triple catastrophe : les inondations, le coronavirus et une crise socio-économique associée à la perte des moyens de subsistance et des emplois », a-t-il déclaré. « L’inondation des terres agricoles et la destruction des récoltes peuvent plonger des millions de personnes, déjà gravement touchées par COVID-19, dans la pauvreté ».


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :