Un étudiant intente son premier procès sur le changement climatique contre le gouvernement australien.


Un étudiant de 23 ans a intenté une action en justice contre le gouvernement australien, alléguant qu’il a omis de divulguer les risques liés au changement climatique aux investisseurs dans les obligations souveraines du pays, lors de la première action de ce type.

Selon la plainte déposée mercredi, Kathleen O’Donnell affirme que les investisseurs qui achètent des obligations du gouvernement australien doivent être informés des risques liés au changement climatique qui pourraient rendre difficile le remboursement de la dette de l’Australie.

Une porte-parole du trésorier australien a déclaré à Reuters que le gouvernement était au courant de ce procès.

« Les représentants légaux sont en train d’examiner la question. Comme il s’agit d’une procédure judiciaire en cours, le gouvernement ne fera aucun commentaire », a déclaré la porte-parole.

Le litige intervient dans le contexte d’un appel mondial à une reprise « verte » à la suite de la nouvelle pandémie du coronavirus et alors que de nombreux grands gestionnaires d’investissement s’engagent à ne pas émettre de carbone d’ici 2050 pour l’ensemble de leur portefeuille.

Le changement climatique est depuis longtemps un sujet brûlant en Australie, et l’est encore plus depuis l’été dernier, lorsque d’intenses incendies ont fait rage pendant environ quatre mois dans une grande partie du pays, tuant 33 personnes et des millions d’animaux.

« L’Australie est matériellement exposée et sensible » aux risques liés au changement climatique, selon la déclaration déposée auprès de la Cour fédérale d’Australie dans l’État de Victoria.

« En conséquence, (a) ces risques sont importants pour la décision d’un investisseur de négocier des obligations d’État australiennes négociées en bourse (e-AGB) et (b) un investisseur a le droit d’être informé de ces risques ».

M. O’Donnell demande que le gouvernement déclare qu’il a manqué à son obligation de divulgation et qu’il obtienne une injonction interdisant la promotion des e-AGB tant qu’il ne s’y sera pas conformé.

L’Australie a émis plus de 600 milliards de dollars australiens (428 milliards de dollars) d’obligations souveraines, bénéficiant de la note « AAA » très convoitée des trois principales agences de notation.

Le pays ne contribue qu’à 1,3 % des émissions mondiales de carbone, mais il est le deuxième plus grand émetteur par habitant derrière les États-Unis et est un des principaux exportateurs de charbon.

Ces dernières années, les informations relatives au changement climatique sont devenues plus courantes à l’échelle mondiale, les parties prenantes s’attendant à une amélioration des informations et de la transparence sur les risques climatiques.

Les autorités financières mondiales poussent également les banques à améliorer la transparence sur leur exposition aux risques liés au changement climatique, en faisant valoir que la divulgation de l’exposition climatique est une condition préalable pour les acteurs du marché – une question à laquelle fait référence le litige O’Donnell.

« En tant que promoteur, le Commonwealth (gouvernement) a un devoir de franchise et d’honnêteté absolu envers les investisseurs qui acquièrent ou ont l’intention d’acquérir des e-AGB », selon la déclaration déposée devant le tribunal.

« Le Commonwealth a manqué à son devoir de promoteur en ne divulguant aucune information sur les risques liés au changement climatique en Australie ».


Source photo : David Gray pour Reuters ; rédaction par Lincoln Feast et Robert Birsel, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :