Justice à deux vitesses: Abandon des charges contre l’héritier thaïlandais de « Red Bull » , impliqué dans un accident mortel.


En Thaïlande, les procureurs ont abandonné toutes les charges contre un héritier thaïlandais de la fortune de la boisson énergétique Red Bull, celui-ci était accusé d’avoir tué un officier de police de Bangkok dans un accident de voiture en 2012, ont déclaré les fonctionnaires vendredi.

Le lieutenant-colonel de police Thanawuth Sanguansuk a confirmé que toutes les charges contre Vorayuth Yoovidhya ont été abandonnées. Le délai de prescription était expiré depuis plusieurs années, mais l’accusation d’avoir causé la mort par conduite imprudente n’aurait pas expiré avant 15 ans après la date de l’accident.

L’affaire a attiré l’attention de tous parce qu’elle a montré que les riches et les personnes ayant de bonnes relations jouissent de l’impunité au sein du système judiciaire thaïlandais, qui ces dernières années a également été critiqué pour son prétendu parti pris politique, tout comme d’autres institutions de l’État.

Thanawuth a déclaré que les procureurs qui ont traité l’affaire ont informé la police le mois dernier de leur décision de retirer la dernière accusation restante.

« Oui, ils nous avaient fait part de leur avis d’abandonner toutes les charges. Ils invoquent le fait que les membres de la famille (du policier) ont été indemnisés » par la famille de Vorayuth, a déclaré Thanawuth.

La famille de Vorayuth possède environ la moitié de l’empire Red Bull, qui a été cofondé par son grand-père. La liste des familles les plus riches de Thaïlande établie par le magazine Forbes les place en deuxième position, avec une richesse estimée à 20,2 milliards de dollars.

Vorayuth, plus connu sous son surnom de « Boss », était recherché en relation avec l’accident du 3 septembre 2012, survenu alors qu’il aurait roulé dans l’une des rues principales de Bangkok à une vitesse pouvant atteindre 177 kilomètres (110 miles) à l’heure lorsque sa Ferrari a heurté et tué le sergent Wichean Klunprasert, un policier à moto.

Wichean et sa moto mutilée ont été traînés par la Ferrari sur plusieurs dizaines de mètres (yards) avant que son corps ne tombe sur la route. La police a suivi une traînée de liquide de frein jusqu’à la propriété voisine de la famille Yoovidhya. La voiture, qu’ils ont trouvée là, avait un pare-brise brisé et son pare-chocs pendait. Au début, un chauffeur a été accusé de l’accident, mais Vorayuth a plus tard admis être le conducteur. Il s’est rendu et a été libéré le jour même moyennant une caution d’environ 16 000 dollars.

Ses avocats ont réussi à repousser à plusieurs reprises toute comparution devant le tribunal jusqu’en avril 2017, date à laquelle un mandat d’arrêt a été émis contre lui quelques jours après qu’il ait quitté le pays. Ses passeports thaïlandais ont ensuite été révoqués.

Malgré les menaces légales qui pèsent sur lui, Vorayuth a réussi après l’accident à mener une vie de globe-trotter très active, volant dans des jets privés Red Bull pour assister à des courses de Formule 1, faisant du snowboard au Japon et faisant des croisières à Venise, entre autres activités. La poursuite de son style de vie dans la jet-set a provoqué la colère du public lorsqu’une enquête de l’Associated Press l’a révélé.

Porn-anant Klunprasert, le frère du policier décédé, a déclaré lors d’un appel téléphonique à The Associated Press qu’il avait signé un contrat avec la famille Yoovidhya en 2012 dans lequel les survivants du policier acceptaient de ne pas porter plainte au pénal et au civil pour le décès en échange de 3 millions de baht (94 400 dollars) de compensation.

Cependant, il a exprimé sa consternation face à la décision des procureurs d’abandonner les poursuites.

« Beaucoup de mes amis m’ont appelé pour me dire que les procureurs ont abandonné l’affaire », a-t-il déclaré. « Cela me fait très mal. Cela ne montre aucune justice pour les pauvres. La Thaïlande a un très grand fossé entre les riches et les pauvres dans tous les domaines, et cette affaire en est un exemple clair ».

Lors d’une conférence de presse vendredi, le porte-parole de la police, le colonel Krissana Pattanacharoen, a déclaré que l’abandon des charges avait été fait selon la procédure standard et n’impliquait pas de favoritisme ou de doubles standards.

Il a déclaré que la police avait fait connaître aux procureurs les preuves qu’elle avait recueillies et les résultats de son enquête, et que les procureurs avaient pris la décision d’abandonner les charges, ce que la police a approuvé.

Krissana a déclaré que les mandats d’arrêt thaïlandais et d’Interpol étaient annulés et que la nouvelle de la décision avait déjà été communiquée à la famille Yoovidhya.

Sira Jenjaka, un législateur du parti au pouvoir Palang Pracharath qui dirige la commission des affaires juridiques, de la justice et des droits de l’homme de la Chambre des représentants, a déclaré aux journalistes que des représentants de la police et du bureau du procureur seront convoqués pour expliquer la décision d’abandonner les charges.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :