Les Etats poursuivent en justice Trump, pour exclure les immigrés sans papiers du décompte des sièges de la Chambre des Etats-Unis.


Une coalition de 35 États, villes et comtés américains a poursuivi le président Donald Trump vendredi pour sa directive de ne pas compter les immigrants sans papiers lors de la répartition des sièges à la Chambre des représentants, une mesure qui, selon les critiques, vise à aider les républicains.

Le plan de Trump, annoncé mardi, pourrait exclure plusieurs millions de personnes lors de la détermination de la répartition des 435 sièges de la Chambre, à partir des élections de mi-mandat de 2022. Il pourrait entraîner le déplacement de quelques sièges de la Chambre des représentants des États à majorité démocrate ayant une forte population d’immigrants vers les États à majorité républicaine.

La répartition sert également de base pour déterminer les votes électoraux pour les élections présidentielles de 2024 et 2028.

Parmi les demandeurs à tendance démocrate figurent l’État de New York, le demandeur le plus peuplé, l’Illinois, le Massachusetts, le Michigan, le New Jersey, la Pennsylvanie, la ville de New York, Chicago, Philadelphie et San Francisco.

La Maison Blanche a refusé de commenter.

Dans la plainte déposée devant le tribunal fédéral de Manhattan, les plaignants ont qualifié le plan de Trump d’inconstitutionnel parce que tout le monde dans le pays doit être compté, quel que soit son statut juridique.

Ils ont déclaré que cela était vrai depuis l’abolition de l’esclavage dans les années 1860, et que la Constitution exige un comptage basé sur le « nombre entier de personnes » dans chaque État, tel que compté dans chaque recensement décennal des États-Unis.

Le recensement est également une base pour l’allocation des fonds fédéraux, et les plaignants ont déclaré que la directive de Trump pourrait nuire aux communautés en dissuadant les immigrants de répondre au recensement en cours.

En annonçant la directive, M. Trump a déclaré que le terme « personne » n’avait « jamais été compris comme incluant … chaque individu physiquement présent dans les limites d’un État ».

Les prétendus efforts pour dissimuler le nombre d’immigrants sans papiers, a-t-il dit, « font partie d’un effort plus large de la gauche » pour éroder les droits des citoyens américains, « et je ne le tolérerai pas ».

M. Trump a fait de la lutte contre l’immigration légale et illégale un des points forts de sa présidence. Il cherche à se faire réélire et a été devancé par le démocrate Joe Biden dans certains sondages récents.


Source photo : Leah Millis pour Reuters ; rédaction par Leslie Adler, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :