France : L’incendiaire de la cathédrale de Nantes arrêté et mis en examen

Rappel des faits

Le 18 juillet dernier vers 7h45, des flammes sortant de la cathédrale de Nantes ont alerté des passants qui ont immédiatement prévenu les pompiers, (voir article précédent).

Les dégâts sont importants et le grand orgue est totalement détruit, ainsi notamment qu’un tableau d’Hippolyte Flandrin du XIXème siècle.

L’enquête

Après avoir été placé en garde à vue (car aucune infraction n’avait été constatée, alors même qu’il était chargé de fermer la cathédrale à clé la veille), un homme de 39 ans a été relâché sans aucune poursuite.

Ce Rwandais s’était réfugié en France (recteur de la cathédrale) et s’était investi comme bénévole du diocèse.

Une trentaine de personnes ont ainsi été entendues, et une vingtaine de policiers judiciaires ont été mis à contribution, dont les enquêteurs du laboratoire central de la préfecture de police de Paris. « Les premiers résultats communiqués par le laboratoire (…) amènent à privilégier la piste criminelle » (Pierre Sennès, procureur de la république).

Dénouement

Hier, samedi, l’homme pourtant libéré une semaine plus tôt s’est vu de nouveau interpellé, puis, suite à ses aveux concernant l’allumage de trois feux, placé en garde à vue, présenté au parquet et mis en examen pour « des chefs de destructions et dégradations par incendie (procureur de Nantes) .

Il a reconnu dans la nuit devant le juge avoir allumé les trois foyers de l’incendie de la cathédrale.
Il risque une peine de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

selon son avocat,« Il regrette amèrement les faits et évoquer cela a été pour lui une libération. Mon client est aujourd’hui rongé par le remords et dépassé par l’ampleur qu’ont pris les événements ».

sources
france info
procureur de la république

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :