Les affrontements de Seattle Black Lives Matter déclenchent 45 arrestations, 21 policiers blessés.


Des dizaines de personnes ont été arrêtées et de nombreux policiers blessés lors des affrontements qui ont eu lieu samedi à Seattle lors de la plus grande manifestation « Black Lives Matter » depuis des semaines, a déclaré la police, avec un regain d’énergie suscité par les violents affrontements entre militants et agents fédéraux dans la ville voisine de Portland, dans l’Oregon.

La police a déclaré que les agents ont utilisé des armes non-létales pour tenter de disperser les milliers de manifestants en fin d’après-midi, après que certains d’entre eux aient mis le feu au chantier de construction d’un centre de détention pour mineurs et d’un tribunal du comté de King.

A 22 heures (0500 GMT), la police avait « procédé à 45 arrestations en relation avec l’émeute d’aujourd’hui dans le East Precinct », a écrit la police de Seattle dans un post sur Twitter.

Elle a déclaré que « 21 officiers ont été blessés après avoir été frappés par des briques, des pierres, des mortiers ou d’autres explosifs ». La plupart des officiers ont pu reprendre leurs fonctions. L’un d’entre eux a été soigné à l’hôpital pour une blessure au genou ».

Auparavant, la police avait déclaré qu’elle s’efforçait de sécuriser l’accès des pompiers de la ville à l’incendie, qui aurait été déclenché par une douzaine de personnes faisant partie d’un grand groupe de manifestants.

Le président Donald Trump a déclaré jeudi qu’il avait étendu le déploiement de la police fédérale à Seattle, enrageant les fonctionnaires locaux et enflammant la colère des manifestants.

« Nous avons vu ce qui se passait à Portland et nous voulions nous assurer que dans notre ville, nous étions solidaires des autres mères », a déclaré Lhorna Murray, qui était présente au nom du nouveau Wall of Moms Seattle, reproduisant une tactique des manifestations de Portland où les mères, vêtues de jaune, forment un mur humain entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Les tactiques des officiers fédéraux à Portland ont attiré la colère des dirigeants locaux et des démocrates au Congrès, qui affirment que ces officiers font un usage excessif de la force et se plaignent de l’excès de zèle de l’administration Trump.

Le procureur américain pour le district ouest de Washington, Brian Moran, a déclaré vendredi que des agents fédéraux sont stationnés à Seattle pour protéger les propriétés fédérales et le travail effectué dans ces bâtiments.

L’administration Trump a également envoyé des policiers fédéraux à Chicago, Kansas City et Albuquerque, au Nouveau-Mexique, malgré les objections de ces maires.


Rédaction par Grant McCool, Daniel Wallis et William Mallard, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :