France, les chauffages de terrasses interdits dès 2021

La France prévoit d‘interdire les appareils de chauffage utilisés par les restaurants et les cafés sur les terrasses extérieures à partir du début de l’année prochaine, car cela accélère le passage à une économie à faible émission de carbone, a déclaré le gouvernement.
Parce que l’interdiction pourrait avoir un impact sur un secteur durement touché par la crise du coronavirus, elle n’entrera en vigueur qu’après la fin de l’hiver prochain pour donner aux entreprises le temps de s’adapter.

« L’enjeu est de mettre fin à des pratiques écologiquement aberrantes qui conduisent à une consommation d’énergie totalement injustifiée », a déclaré la ministre de l’environnement, Barbara Pompili, à la télévision française.

Le 1er janvier, Rennes est devenue la première ville française à interdire les terrasses chauffées.
Les ONG environnementales estiment que la France compte au moins 12 500 terrasses chauffées.

« C’est une décision courageuse« , a déclaré Thierry Salomon du groupe d’économie d’énergie NegaWatt, ajoutant que dans les pays d’Europe du Nord au climat beaucoup plus froid, les restaurants fournissent généralement des plaids aux clients des terrasses.

Il a ajouté que certains restaurants ont introduit le chauffage des terrasses, tandis que d’autres ont été contraints de suivre pour ne pas perdre de clients.

Negawatt estime qu’une terrasse de 75 m2, chauffée au gaz de novembre à mars, émet autant de CO2 qu’une voiture faisant trois fois le tour de la terre.

Les restaurants affirment que l’interdiction ne fera qu’ajouter à leurs soucis.

« Le moment est très mal choisi, en pleine crise du coronavirus, 80% de notre chiffre d’affaires provient des terrasses maintenant », a déclaré la restauratrice Aurore Begue.

Un Parisien profitant d’une terrasse ensoleillée était moins inquiet.

« Quand les chauffages sont arrivés, c’était un progrès, mais vraiment, nous n’en avons pas besoin. On peut mettre un manteau ou un pull », a déclaré Marie-Laure Bonnot, 77 ans.

Certains restaurateurs étaient aussi philosophes.
« C’est une mesure à laquelle on pouvait s’attendre et, vu la situation climatique, il est difficile de s’y opposer », a déclaré Stéphane Malchow de la brasserie Mollard.

Romain Vidal, du groupe GNI, a déclaré que l’industrie trouverait de meilleurs moyens de chauffer les terrasses, en utilisant des appareils de chauffage efficaces, des énergies renouvelables certifiées et des boucliers anti-vent pour réduire les pertes de chaleur.

« La France a créé la culture de la terrasse. Nous devons poursuivre cette culture sans nuire à la planète », a-t-il déclaré.

Reportage de Geert De Clercq ; reportage complémentaire de Dominique Vidalon, Emilie Delwarde et Clotaire Achi, pour reuters , traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :