Alstom remporte l’accord antitrust de l’UE pour l’accord avec Bombardier.


Alstom est sur le point d’obtenir l’accord de l’UE pour racheter les activités ferroviaires de Bombardier Inc., ont déclaré lundi des personnes connaissant bien le dossier, un accord qui fera du constructeur ferroviaire français le deuxième plus important au monde derrière le leader chinois CRRC Corp.

Au début du mois, Alstom a proposé de vendre une usine ferroviaire française, son unité de trains régionaux Coradia Polyvalent, ainsi qu’une division de trains de banlieue de Bombardier et les installations de production connexes sur son site de Hennigsdorf en Allemagne.

Le constructeur français de trains à grande vitesse TGV a également proposé de donner accès à certains produits des systèmes de commande de train et des unités de signalisation de Bombardier à ses concurrents.

Ces concessions ont été accordées après que la Commission européenne ait exprimé ses inquiétudes quant à la plus grande influence d’Alstom sur le marché après l’accord.

Alstom a par la suite amélioré la concession sur l’accès aux systèmes de contrôle des trains et aux unités de signalisation de la société canadienne, mais n’a pas dû vendre plus d’actifs suite aux réactions des rivaux et des clients à la Commission, ont déclaré les gens.

La Commission, qui doit prendre une décision sur l’accord d’ici le 31 juillet, a refusé de commenter. Alstom et Bombardier ont également refusé de commenter.

L’année dernière, les régulateurs européens ont bloqué la tentative d’Alstom de fusionner des actifs ferroviaires avec Siemens AG après qu’ils aient refusé d’offrir davantage de concessions.


Rédaction par Jonathan Oatis, Marguerita Choy et Sonya Hepinstall, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :