L’Italie prolonge l’état d’urgence jusqu’au 15 octobre

La chambre haute du Parlement italien a approuvé ce mardi une demande du Premier ministre Giuseppe Conte de prolonger jusqu’au 15 octobre l’état d’urgence, élargissant ainsi les pouvoirs de son gouvernement dans sa lutte contre la crise sanitaire liée aux coronavirus.
Les partis d’opposition s’étaient opposés à cette demande, accusant Conte de vouloir garder trop de pouvoir entre ses mains malgré une chute spectaculaire du taux de contagion.
Cependant, le Sénat de la chambre haute a adopté la mesure par 157 voix contre 125 dans la chambre de 319 sièges.

Le 31 janvier, Conte a annoncé un état d’urgence de six mois, lorsque les deux premiers cas de coronavirus ont été confirmés à Rome.

« Le virus continue d’évoluer et n’a pas suivi son cours. Il serait incongru de suspendre brusquement une mesure aussi efficace », a déclaré M. Conte au Sénat lors du débat d’aujourd’hui.
Cependant, il s’est retiré des plans initiaux pour demander une prolongation jusqu’à la fin de l’année, disant qu’il ne voulait un renouvellement que jusqu’à la mi-octobre.

L’état d’urgence donne plus de pouvoirs au gouvernement central et régional, notamment en permettant aux ministres de déclarer plus facilement des zones rouges en cas de nouvelle flambée de la maladie et en renforçant les ressources des hôpitaux.

Il permettra également de réduire la bureaucratie, les fonctionnaires préparant la réouverture des écoles en septembre après six mois de fermeture.

L’Italie a été l’un des pays les plus touchés en Europe, avec plus de 35 000 décès pour environ 246 500 cas.
Cependant, les nouvelles infections ont fortement diminué au cours des trois derniers mois et les critiques de M. Conte ont déclaré qu’il devait impliquer le Parlement dans les décisions clés.
« Je suis choqué. Conte soutient au Sénat que sans l’état d’urgence, le gouvernement est incapable de prendre des décrets, des projets de loi, des ordonnances normaux. C’est un mensonge grossier et une atteinte très dangereuse à la liberté », a tweeté Giorgia Meloni, chef du parti d’extrême droite des Frères d’Italie.

La Chambre basse, où la coalition a une majorité beaucoup plus importante, votera la mesure mercredi.

Reportage de Crispian Balmer et Giuseppe Fonte, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :