M. Trump propose à nouveau un médicament non prouvé, comme le traitement au COVID-19.


Une semaine après avoir semblé donner un ton plus sérieux au sujet du coronavirus, le président Donald Trump recommence à répandre des informations erronées sur la façon de combattre le virus et sur la crédibilité du Dr Anthony Fauci, le principal expert en maladies infectieuses du pays.

Fauci a repoussé mardi, en disant qu’il continuera à faire son travail.

Trump a fait valoir des allégations non prouvées selon lesquelles un médicament antipaludéen, l’hydroxychloroquine, est un traitement efficace contre le COVID-19, la maladie causée par le coronavirus. Mais de nombreuses études ont montré que l’hydroxychloroquine n’est pas efficace et la Food and Drug Administration américaine a récemment retiré une ordonnance qui autorisait l’utilisation du médicament comme traitement d’urgence pour COVID-19.

M. Trump est revenu à son plaidoyer antérieur en faveur de l’hydroxychloroquine après être rentré d’un voyage en Caroline du Nord lundi où il a fait la promotion des efforts de développement d’un vaccin COVID-19. M. Trump a retweeté une série de tweets défendant l’hydroxychloroquine, dont une vidéo d’un médecin affirmant avoir utilisé avec succès ce médicament sur des centaines de patients.

Le président a également partagé un post du compte Twitter pour un podcast animé par Steve Bannon, un ancien conseiller de Trump à la Maison Blanche, accusant Fauci de tromper le public sur l’hydroxychloroquine.

Fauci, un membre important du groupe de travail de la Maison Blanche sur les coronavirus, a répondu aux tweets de Trump lors d’une apparition mardi sur l’émission « Good Morning America » sur ABC.

« Je suis d’accord avec la FDA », a déclaré M. Fauci, directeur de longue date de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. « L’écrasante majorité des essais cliniques qui ont examiné l’efficacité de l’hydroxychloroquine ont indiqué qu’elle n’est pas efficace dans les maladies du coronavirus ».

Ce n’est pas la première fois que Fauci est attaqué par Trump et ses proches.

Le principal conseiller commercial du président, Peter Navarro, qui s’est opposé à Fauci au sujet de l’hydroxychloroquine, a récemment rédigé une attaque cinglante contre le médecin, publiée par USA Today. Le journal a déclaré plus tard que l’article d’opinion ne répondait pas à ses critères.

Dans de récentes interviews télévisées au niveau national, Trump lui-même a décrit Fauci comme « un peu alarmiste » et l’a accusé de faire des « erreurs » dans ses conseils sur le coronavirus au peuple américain.

Interrogé sur sa capacité à faire son travail alors que M. Trump continue de mettre publiquement en doute sa crédibilité, M. Fauci a déclaré mardi qu’il irait de l’avant « quoi qu’il arrive » en raison des enjeux.

« Je ne tweet pas. Je ne les lis même pas, donc je ne veux pas vraiment y aller », a déclaré M. Fauci. « Je vais juste continuer à faire mon travail quoi qu’il arrive parce que je pense que c’est très important. Nous sommes en pleine crise, en ce qui concerne une épidémie, une pandémie. C’est ce que je fais. C’est ce à quoi j’ai été formé pendant toute ma vie professionnelle et je continuerai à le faire ».

Interrogé sur les affirmations selon lesquelles il aurait induit le public en erreur, M. Fauci a répondu « Je n’ai jamais trompé le public américain, quelles que soient les circonstances. »

M. Trump a retweeté une vidéo qui circule sur les médias sociaux en faisant des affirmations trompeuses sur l’hydroxychloroquine. Au début de la pandémie, M. Trump a vigoureusement plaidé pour que l’hydroxychloroquine soit utilisée comme traitement, voire comme mesure préventive, en disant aux gens : « Qu’avez-vous à perdre ?

M. Trump a également déclaré qu’il avait suivi un traitement de 14 jours à l’hydroxychloroquine.

Facebook, Twitter et YouTube ont commencé à nettoyer leurs sites de la vidéo lundi parce qu’elle contient des allégations trompeuses sur l’hydroxychloroquine, et qu’elle passe sous silence les dangers de son utilisation. Mais des dizaines de versions de la vidéo restent en direct sur leurs plateformes, avec des organes d’information conservateurs, des groupes et des personnalités d’Internet qui la partagent sur leurs pages, où les utilisateurs les ont vues des millions de fois.

Une version de la vidéo a été visionnée plus de 17 millions de fois avant que Facebook ne la supprime.

Facebook essaie de retirer la vidéo parce qu’elle « partage de fausses informations sur les cures et les traitements pour COVID-19 », selon Andy Stone, un porte-parole de la plateforme.

Twitter a également déclaré qu’il travaillait à la suppression de la vidéo. Un tweet du fils du président, Donald Trump Jr, décrivant une version de la vidéo comme « à regarder absolument !!! ». Lundi soir a également été retiré par la plateforme.

Dans la vidéo, le Dr Stella Immanuel, un médecin de Houston, Texas, fait la promotion de l’hydroxychloroquine comme remède sûr contre le coronavirus. Elle affirme avoir traité avec succès 350 personnes « et ce n’est pas fini », dont certaines avaient des problèmes médicaux sous-jacents.

« Vous n’avez pas besoin de masque, il y a un remède », dit Immanuel dans la vidéo. « Vous n’avez pas besoin que les gens soient enfermés. » Elle faisait partie d’un groupe de médecins appelé « America’s Frontline Doctors » qui a fait des déclarations trompeuses sur le virus lors d’une conférence de presse lundi à Washington.

Plusieurs alliés de Trump, des groupes et des médias conservateurs ont partagé la vidéo de l’événement sur Facebook et Twitter.

Dans une autre vidéo largement diffusée sur Twitter par une association pro-Trump, Immanuel affirme que Fauci et les présentateurs de CNN prennent secrètement de l’hydroxychloroquine et les met au défi de lui donner un échantillon d’urine.

Trump a d’abord bafoué les conseils des Centers for Disease Control and Prevention sur le port du masque facial, disant qu’il ne le porterait pas lui-même et refusant de le faire en public.

Après que de nombreux sondages aient montré que le public désapprouve sa manipulation du coronavirus, M. Trump a récemment commencé à encourager les gens à porter des masques faciaux, alors qu’il essayait de donner un ton plus sérieux au virus, qui a fait un bond en Arizona, en Californie, en Floride, au Texas et dans d’autres États.

M. Trump a porté un masque facial en public lundi en Caroline du Nord, la deuxième fois seulement qu’il le fait pendant la pandémie.

La semaine dernière, M. Trump a déclaré que la situation allait probablement s’aggraver avant de s’améliorer. Il a également annulé les événements de la convention du GOP prévue en août à Jacksonville, en Floride, en citant le virus.

Aux États-Unis, plus de 4 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus et le nombre de décès avoisine les 150 000, selon un décompte de l’université Johns Hopkins.


Source photo : Evan Vucci pour AP ; rédaction par David Klepper, pour AP ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :