Procureur des États-Unis : Les fédéraux resteront à Portland jusqu’à la fin des attaques.


Les officiers fédéraux militarisés resteront à Portland jusqu’à la fin des attaques contre le palais de justice américain, a déclaré lundi un haut responsable après une nuit de violence. Et d’autres officiers pourraient bientôt être en route.

« Ce n’est pas une solution de dire aux officiers fédéraux de partir alors que les attaques contre les biens et le personnel fédéraux se poursuivent. Nous ne laisserons pas le bâtiment sans protection pour qu’il soit détruit par des gens qui en ont l’intention », a déclaré le procureur américain Billy Williams lors d’une conférence de presse téléphonique.

Les fonctionnaires locaux et de l’État ont déclaré que les agents fédéraux sont importuns. Le maire de Portland et de cinq autres villes a appelé lundi au Congrès à rendre illégal pour le gouvernement fédéral le déploiement d’agents fédéraux militarisés dans les villes qui n’en veulent pas.

« L’utilisation flagrante par cette administration de la force fédérale sur les villes, malgré les objections des autorités locales, ne devrait jamais se produire », ont écrit les maires de Portland, Seattle, Chicago, Kansas City Albuquerque et Washington D.C. aux dirigeants de la Chambre et du Sénat américains.

Les maires veulent que le Congrès exige la consultation et le consentement des autorités locales avant les déploiements fédéraux ; qu’il exige une identification visible à tout moment sur les agents et véhicules fédéraux, sauf en cas de mission d’infiltration autorisée par le procureur américain local ; et qu’il limite les activités des agents fédéraux à la protection de la propriété fédérale.

La ville a organisé des manifestations nocturnes pendant deux mois depuis la mort de George Floyd à Minneapolis en mai. Le président Donald Trump a déclaré avoir envoyé des agents fédéraux à Portland pour mettre fin aux troubles, mais les responsables de l’État et les autorités locales ont déclaré qu’ils aggravaient la situation.

Le déploiement des agents fédéraux par Trump au cours du week-end du 4 juillet a attisé les flammes du mouvement de protestation Black Lives Matter ici. Le nombre de manifestants était peut-être tombé à moins de 100 juste avant le déploiement, et il est maintenant passé à des milliers.

Lundi matin, les agents américains ont tiré à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des boules de poivre sur les manifestants devant le palais de justice fédéral dans le centre-ville de Portland. Certains manifestants avaient escaladé la clôture entourant le palais de justice, tandis que d’autres ont tiré des feux d’artifice, frappé sur la clôture et projeté des lumières sur le bâtiment.

Trump a déclaré lundi sur Twitter que les propriétés fédérales de Portland « ne dureraient pas un jour » sans la présence des agents fédéraux.

La majorité des participants aux manifestations quotidiennes ont été pacifiques. Mais quelques manifestants ont bombardé des agents avec des objets et ont essayé de démolir les clôtures protégeant le palais de justice américain Mark O. Hatfield.

Lors d’une conférence de presse avec deux autres agents fédéraux, M. Williams, dont le bureau se trouve à l’intérieur du palais de justice, a appelé les manifestants pacifiques, les chefs de file de la communauté et du monde des affaires et les croyants à ne pas laisser la violence se produire en leur présence et à quitter le centre-ville avant que la violence ne commence. Il a déclaré que les agents fédéraux ont procédé à 83 arrestations.

Les manifestations en faveur de la justice raciale et de la réforme de la police dans d’autres villes des États-Unis ont été entachées par la violence au cours du week-end. Des manifestants ont mis le feu à un palais de justice d’Oakland, en Californie ; des véhicules ont été incendiés à Richmond, en Virginie ; un manifestant armé a été tué par balle à Austin, au Texas ; et deux personnes ont été blessées par balle à Aurora, dans le Colorado, après qu’une voiture eut traversé une manifestation.

Le Service des Marshals des Etats-Unis a aligné une centaine de personnes qu’il pourrait envoyer, soit pour renforcer les forces sur place, soit pour relever les officiers qui travaillent depuis des semaines, a déclaré le porte-parole de l’agence, Drew Wade.

Kris Cline, directeur adjoint principal du Service fédéral de protection, a déclaré lors de la conférence de presse qu’un commandant d’incident discute avec les équipes du Département de la sécurité intérieure et du Département de la justice au palais de justice des besoins en forces nécessaires chaque nuit.

Cline a refusé de discuter du nombre d’officiers présents actuellement ou si d’autres arrivent.

Certains manifestants ont accusé le maire de Portland, Ted Wheeler, d’hypocrisie pour avoir dénoncé la présence fédérale car, sous sa surveillance, la police de Portland a utilisé des gaz lacrymogènes et d’autres armes anti-émeutes sur les manifestants, y compris pacifiques.

Cline a déclaré que la police de Portland devrait prendre le relais des officiers fédéraux pour disperser les manifestants de la zone du palais de justice.

« Si le bureau de la police de Portland était capable de faire ce qu’il fait habituellement, il serait en mesure d’évacuer les lieux pour cette perturbation et nous laisserions nos agents à l’intérieur du bâtiment sans être visibles », a déclaré M. Cline.

Il a déclaré que les relations entre les agents fédéraux, dont certains vivent à Portland, et la police de Portland étaient bonnes, mais a dit aux journalistes qu’il était surpris que la police n’aide pas à faire sortir les manifestants qui bloquaient un bâtiment de l’immigration et des douanes en 2018.

Dimanche soir, la police de Portland a répondu à une fusillade dans un parc proche du site des manifestations de la nuit. Deux personnes ont été arrêtées puis relâchées, a déclaré la police lundi matin. La personne qui a été abattue s’est rendue à l’hôpital dans un véhicule privé et a été soignée pour une blessure qui ne mettait pas sa vie en danger.

Dimanche dernier, la police a déclaré que quelqu’un avait pointé du doigt un sac dans le même parc, où les officiers ont trouvé des chargeurs de fusils et des cocktails Molotov. La fusillade n’était pas liée à ces objets, a déclaré la police. Il n’était pas clair si les tirs ou le matériel trouvé dans le sac étaient liés aux manifestations.


Source photo : Marcio Jose Sanchez pour AP ; rédaction par Mike Balsamo et Selsky, pour AP ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :