Un tribunal de Moscou a condamné la Fondation anti-corruption d’Alexei Navalny

La fondation dirigée par le critique du Kremlin Navalny condamnée à une amende en vertu de la loi sur les « agents étrangers »

Un tribunal de Moscou a condamné ce mardi la Fondation anti-corruption d’Alexei Navalny, un homme politique de l’opposition russe, à une amende après l’avoir reconnue coupable d’avoir violé une loi sur les « agents étrangers ».
La fondation est spécialisée dans la publication d’enquêtes à fort impact sur ce qui est dit être une greffe officielle. Les personnes visées ont parfois contesté ses conclusions et ont engagé avec succès des poursuites judiciaires contre elle.

Les deux amendes, totalisent 600 000 roubles (8 300 $), dont une pour avoir omis de marquer l’une des chaînes populaires de la fondation sur YouTube comme appartenant à un « agent étranger« , selon Navalny et ses associés.

« L’amende est absolument illégale », a écrit l’associé Lyubov Sobol sur les médias sociaux, niant que la fondation devrait être classée comme « agent étranger ».
« La fondation a toujours reçu des dons de citoyens russes uniquement », a-t-elle déclaré.

Une loi de 2012 donne aux autorités le pouvoir de qualifier d' »agents étrangers » les organisations non gouvernementales et les groupes de défense des droits considérés comme recevant des fonds étrangers pour leurs activités politiques, une étiquette qui a des connotations négatives datant de l’ère soviétique.

Ces organisations doivent ensuite apposer ce label sur leurs publications et se soumettre à des inspections ponctuelles et à un contrôle bureaucratique. Elles doivent également présenter des rapports sur leur financement et leurs dépenses.

« Maintenant, ils ne font que nous mettre à l’amende quotidiennement », a tweeté la marine.
Le tribunal n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.

Navalny a déclaré ce mois-ci qu’il fermerait la fondation en raison d’amendes accumulées s’élevant à plus de 1,2 millions de dollars, mais qu’il essaierait de la relancer sous un nouveau nom.

Les autorités ont procédé à de fréquentes perquisitions dans les bureaux de la fondation et ont gelé ses comptes bancaires. Son personnel est régulièrement détenu pour avoir organisé des manifestations et y avoir participé.

Gabrielle Tétrault-Farber, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :