Grande Bretagne, un accord de Brexit possible mais pas « à n’importe quel prix

Nouveau ministre français de l’Europe : un accord de Brexit possible mais pas « à n’importe quel prix
« Nous n’accepterons pas un accord à n’importe quel prix« , a-t-il déclaré à la radio France Inter dans ses premiers commentaires publics sur Brexit depuis sa nomination dimanche. « Mieux vaut pas d’accord du tout qu’un mauvais accord », a-t-il déclaré tout en ajoutant qu’un accord était néanmoins le meilleur résultat pour toutes les parties concernées.

La semaine dernière, la Grande-Bretagne et l’Union européenne se sont affrontées sur les chances d’obtenir un accord de libre-échange, Bruxelles le jugeant « improbable » mais Londres gardant l’espoir qu’un tel accord puisse être conclu en septembre.

La France est l’un des États côtiers qui a le plus insisté pour que les pêcheurs de l’Union européenne conservent le droit de pêcher dans les eaux britanniques après la fin d’une période de transition à la fin de cette année.
Avant de devenir ministre de l’Europe, M. Beaune a été le conseiller du président Emmanuel Macron pour l’Europe. Se décrivant lui-même comme un anglophile, il a conseillé Macron sur les négociations de Brexit depuis le référendum de 2016.

Il a déclaré que la France serait « intransigeante » sur la pêche, et ne se laisserait pas « intimider » par la Grande-Bretagne dans le « jeu » des négociations.

« Ne nous faisons pas d’illusions, s’il n’y a pas d’accord, ce sera une question difficile », a-t-il ajouté. « Nous devrons organiser une réponse pour des secteurs comme la pêche. Soutenez nos pêcheurs financièrement. Nous n’en sommes pas encore là ».

Reportage de Michel Rose et Sudip Kar-Gupta, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :