Les raffineurs américains affichent les pires résultats du deuxième trimestre depuis une décennie.


Les raffineurs de pétrole américains devraient enregistrer dans les prochains jours les pires résultats du deuxième trimestre de la décennie, avec une production supérieure à la demande, tandis que les fermetures liées à la pandémie ont sapé les voyages d’été.

La consommation de carburant a chuté, les dernières données américaines indiquant une baisse de 25 % des déplacements en voiture par rapport à l’année précédente et une baisse de 75 % du nombre de passagers dans les aéroports. Les raffineurs tirent l’essentiel de leurs bénéfices des ventes de carburant sur le marché intérieur, le trimestre de juin étant l’un des plus importants pour les voyages.

Les sept principaux raffineurs indépendants, dont Valero Energy Corp, Phillips 66, PBF Energy Inc et Marathon Petroleum Corp, devraient enregistrer des pertes.

Valero devrait enregistrer jeudi une perte par action de 1,41 $, selon les données IBES de Refinitiv, contre un bénéfice de 1,51 $ un an plus tôt. Le déficit moyen par action du groupe sera de 1,05 $, selon Refinitiv, contre un bénéfice de 1,65 $ un an plus tôt.

Les taux de traitement du brut par les raffineries restent à environ 2,8 millions de bpj, soit 17 % de moins que la moyenne saisonnière des cinq dernières années, selon l’Administration américaine de l’information sur l’énergie. Les bénéfices ont également été affectés par le niveau élevé des stocks, les raffineries ayant accéléré leurs activités en prévision de la réouverture de leurs portes.

Les raffineurs disposant d’un réseau de vente au détail pourraient bénéficier d’un coup de pouce des ventes de tabac et de bière, qui ont augmenté au cours du trimestre et pourraient compenser la baisse des volumes d’une année sur l’autre, selon le Crédit Suisse.

« Les raffineurs ont bénéficié du fait que les consommateurs qui ont pu faire leurs achats dans des magasins plus grands et plus fréquentés comme Walmart ont déplacé leurs dépenses vers des raffineries plus petites », a déclaré Matthew Blair, analyste du raffinage chez Tudor, Pickering, Holt and Co.


Les entreprises fortement implantées sur la côte ouest sont confrontées à des difficultés supplémentaires en raison du deuxième verrouillage de la Californie, les entreprises technologiques telles que Facebook et Google ayant des employés qui travaillent à domicile.

« Les marges de raffinage de la côte ouest seront extrêmement faibles en raison d’une forte demande. La Californie a été l’un des premiers États à mettre en place un verrouillage et a été touchée à nouveau », a déclaré Blair.

La raffinerie de Marathon à Martinez, en Californie, est restée inactive et au moins une des deux usines californiennes de PBF Energy pourrait être mise en veilleuse pour réduire les pertes, a déclaré le Crédit Suisse.

« Nous ne voyons pas la demande d’essence revenir aux niveaux pré-pandémiques en Californie », a déclaré Manav Gupta, analyste du raffinage du Credit Suisse, dans une note.


Source photo : Mike Blake pour Reuters ; rédaction par David Gregorio, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :