L’ONU accuse les forces de l’ordre d’augmenter les violences entre migrants

Près de la moitié des violences infligées aux migrants africains durant leur voyage vers la côte méditerranéenne sont perpétrées par les forces de l’ordre, a déclaré mercredi l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR.
Selon un rapport du HCR et du Centre de migration mixte (MMC) du Conseil danois pour les réfugiés, des milliers de réfugiés et de migrants subissent des abus extrêmes, notamment la torture et la violence sexuelle ou sexiste, et dans certains cas la mort.

Le rapport est basé sur près de 16 000 entretiens avec des réfugiés et des migrants.

« Dans 47% des cas, les victimes ont déclaré que les auteurs de violence sont des forces de l’ordre, alors que dans le passé, nous pensons qu’il s’agissait principalement de passeurs et de trafiquants », a déclaré Vincent Cochetel, envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Les États ont une responsabilité qu’ils doivent assumer à cet égard ».

Le HCR a indiqué que 1 750 personnes étaient mortes en 2018 et 2019 en essayant d’atteindre la mer, mais Cochetel a déclaré que les chiffres réels étaient probablement plus élevés.

« Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Il y a beaucoup de familles qui cherchent leurs proches le long des routes, et il n’y a pas de réponse à leur donner », a-t-il dit.

Ces derniers mois, des centaines de migrants ont été arrêtés en mer et renvoyés en Libye malgré le risque de violence qui y règne.
Lundi, les autorités libyennes ont abattu trois migrants soudanais qui tentaient d’éviter la détention alors qu’ils débarquaient d’une tentative ratée de traverser la Méditerranée vers l’Europe.

La Libye, ravagée par la guerre, est un important point de transit pour les migrants qui cherchent à rejoindre l’Europe. Elle accueille aujourd’hui quelque 654 000 d’entre eux, qui vivent souvent dans des conditions d’exiguïté et n’ont guère accès aux soins de santé.

Cecile Mantovani pour reuters, traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :