Les agents américains à Portland doivent se retirer, mais les tensions demeurent.


L’administration Trump et les dirigeants de l’Oregon ont déclaré leur victoire après l’annonce du retrait des agents américains qui gardaient un tribunal fédéral pendant les violentes manifestations de Portland, mais il n’était pas clair que l’accord réduirait les tensions qui ont conduit à plus de deux mois de protestations.

Le gouvernement de l’Oregon, Kate Brown, a déclaré mercredi que des agents du service des douanes et de la protection des frontières et du service de l’immigration et des douanes commenceront à quitter le centre-ville jeudi, mais le secrétaire par intérim du département de la sécurité intérieure, Chad Wolf, n’a pas voulu préciser où ils iraient. Il a insisté sur le fait qu’une présence fédérale resterait à Portland jusqu’à ce que l’administration Trump soit assurée que l’accord fonctionne et que la police d’État de l’Oregon protège suffisamment les biens fédéraux.

De nombreux manifestants sont pacifiques, mais un petit nombre d’entre eux ont lancé des feux d’artifice, des fusées éclairantes, des pierres et des roulements à billes sur des agents fédéraux, utilisé des lasers verts pour les aveugler et répandu des graffitis sur le visage du palais de justice fédéral Mark O. Hatfield.

Le président Donald Trump a envoyé au début du mois des autorités fédérales alors que les protestations contre l’injustice raciale visaient de plus en plus les biens du gouvernement américain, y compris le palais de justice de l’État dans le centre-ville de Portland. Ce déploiement semble avoir eu l’effet inverse, en revigorant les manifestations avec un nouvel objectif : se débarrasser de la présence fédérale.

Le plan de désescalade prévoit que les agents des U.S. Marshals Service et du Federal Protective Service restent à l’intérieur d’une clôture installée autour du palais de justice fédéral, en compagnie de certains policiers de l’État, pour empêcher les manifestants d’entrer. La police d’État sera également à l’extérieur de la clôture pour empêcher les manifestants de s’approcher.

« Je veux être clair sur ce point, toute la présence des forces de l’ordre du DHS à Portland restera à Portland, qu’ils restent à l’intérieur du palais de justice, à côté ou dans un autre endroit », a déclaré M. Wolf lors d’un appel aux journalistes.

Le directeur de la police d’État de l’Oregon, Travis Hampton, a déclaré que son agence allait déployer une équipe d’opérations spéciales et quelques soldats en uniforme au palais de justice pour une rotation de deux semaines. L’agence espère que ses efforts permettront d’enlever la clôture de protection et de « rétablir un semblant de normalité, tout en répondant aux attentes de la communauté et à nos obligations de protéger la propriété fédérale », a déclaré M. Hampton, ajoutant que les soldats étaient des Oregoniens.

Tyler Smith a travaillé à retourner des hamburgers mercredi après-midi à un stand qui distribue de la nourriture gratuite aux manifestants dans le parc en face du palais de justice. Le stand était jusqu’à récemment connu sous le nom de Riot Ribs, mais il est géré par de nouveaux bénévoles après un différend sur les dons d’argent.

« Je pense que c’est une excellente idée », a-t-il déclaré à propos de l’accord visant à retirer les agents américains.

« Je pense que cela doit être géré par l’État ou par la ville depuis un certain temps », a déclaré M. Smith, ajoutant que les policiers de l’État de l’Oregon sont des Oregoniens et qu’ils pourraient adopter une approche plus douce avec les manifestants.

L’accord prévoit également que le gouvernement américain nettoie les graffitis du palais de justice, qui est une propriété fédérale. Le maire de Portland, Ted Wheeler, a déjà déclaré que le gouvernement fédéral avait refusé de nettoyer le palais de justice, contribuant ainsi à donner l’impression que toute la ville était assiégée.

Trump a déclaré la victoire peu après l’annonce, en tweetant que les agents fédéraux avaient empêché Portland d’être « brûlée et battue au sol ». Les conflits entre les manifestants et les agents fédéraux ont été limités à environ deux pâtés de maisons autour du palais de justice et n’ont pas affecté le reste de la ville, qui a été beaucoup plus modéré dans le contexte de la pandémie du coronavirus.

Wheeler, quant à lui, a également revendiqué une victoire dans un post sur Twitter.

« L’occupation fédérale de notre communauté a apporté un nouveau type de peur dans nos rues. Les agents fédéraux ont presque tué un manifestant, et leur présence a entraîné une augmentation de la violence et du vandalisme dans notre centre-ville », a-t-il déclaré.

Comme beaucoup d’autres manifestations dans tout le pays qui ont été déclenchées par le meurtre de George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, les manifestations de Portland cherchaient à mettre en lumière et à demander la fin de l’injustice raciale, mais elles se sont de plus en plus concentrées sur les biens fédéraux avant même l’arrivée des agents américains.

M. Brown a averti mercredi que la visibilité réduite des agents fédéraux – et leur départ définitif – ne résoudra pas immédiatement le conflit au palais de justice.

« La violence, la destruction de la propriété, qui comprend l’incendie des poubelles et le jet de pierres, doit cesser », a déclaré le gouverneur à l’Associated Press.

De nombreux manifestants veulent que le Bureau de police de Portland soit déficitaire et sont en colère parce que les agents ont utilisé des gaz lacrymogènes sur les manifestants à plusieurs reprises avant l’arrivée des agents fédéraux. Brown a déclaré que le départ des agents fédéraux était une chance de répondre à cette colère et de commencer à apporter des améliorations dans la police de proximité.

« C’était un théâtre politique pour l’administration Trump d’amener les troupes fédérales dans les rues de Portland. Il s’agissait de gagner des points politiques avec leur base », a-t-elle déclaré.


Source photo : Marcio Jose Sanchez pour AP ; rédaction par Zeke Miller et Colleen Long, pour AP ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :