L’ONU demande à l’Asie du Sud-Est de mieux reconstruire après la crise COVID-19


Les Nations unies ont conseillé aux pays d’Asie du Sud-Est de lutter contre les inégalités et de rendre leurs économies plus vertes afin de construire un avenir plus résistant et plus solidaire, alors qu’ils s’efforcent de se remettre de la pandémie de COVID-19.

Le rapport politique publié jeudi a indiqué que d’autres missions essentielles pour les gouvernements de la région devraient être de réduire la fracture numérique et de faire respecter les droits de l’homme et les pratiques de bonne gouvernance.

« Une voie pourrait mener à une récession profonde et prolongée, exacerbée par des frontières fermées et caractérisée par des tensions sociales croissantes, des vulnérabilités et un retour à un développement non durable sur le plan environnemental », selon le rapport. « La deuxième voie implique l’adoption de politiques coordonnées aux niveaux mondial et régional qui reconnaissent l’impératif d’une approche inclusive, résiliente et durable du développement ».

Selon le rapport, la pandémie a mis en évidence les problèmes de l’Asie du Sud-Est malgré les bonnes performances économiques de la région avant qu’elle ne frappe. Elle a cité les fortes inégalités, les faibles protections sociales, un important secteur de travail informel, des régressions en matière de justice et de gouvernance, et des préoccupations environnementales telles que la perte de biodiversité et la qualité de l’air.

« La situation actuelle conduit à la récession et aux tensions sociales », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, dans une vidéo accompagnant le rapport.

Dans leur réponse immédiate à la COVID-19, les gouvernements sont invités à renforcer leurs systèmes de soins de santé et à être attentifs aux populations vulnérables telles que les personnes handicapées et les réfugiés.

La dévastation économique causée par la pandémie doit être traitée par des politiques visant à maintenir les moyens de subsistance des populations, à restaurer des chaînes d’approvisionnement durables et résistantes et à mettre en œuvre des mesures fiscales solides pour soutenir des secteurs financiers sains.

Au fur et à mesure de son rétablissement, la région peut commencer à mieux reconstruire, « en préservant les systèmes naturels de la planète, le tissu social et la prospérité des populations », selon le rapport.

« La région a beaucoup de travail à faire, mais elle dispose de capacités formidables », a déclaré António Guterres.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :