COVID- Le Royaume-Uni resserre le verrou dans le nord de l’Angleterre par crainte d’une deuxième vague

La Grande-Bretagne a imposé un confinement plus strict dans certaines régions du nord de l’Angleterre après une augmentation du taux de transmission du nouveau coronavirus, ce qui fait craindre qu’une deuxième vague du virus mortel ne sème encore plus de troubles.

Hier, la Grande-Bretagne a signalé son plus grand nombre de nouvelles infections par le COVID-19 en plus d’un mois, alors que les ministres s’inquiétaient d’une deuxième vague de cas en Europe et avertissaient que des restrictions de quarantaine supplémentaires étaient possibles.

Environ 4 millions de personnes ont reçu l’ordre de ne pas se mêler aux autres ménages du Grand Manchester, la plus grande ville du nord de l’Angleterre, de certaines parties du West Yorkshire et de l’East Lancashire, bien qu’elles puissent toujours aller au pub et travailler.

« Le problème avec ce virus est qu’il se développe grâce au contact social qui rend la vie digne d’être vécue », a déclaré le ministre de la santé Matt Hancock à Sky. « Je comprends parfaitement l’impact humain de cette situation, mais malheureusement, c’est ainsi que le virus se transmet.« 

Nous pouvons voir cette deuxième vague en Europe », a déclaré M. Hancock.

Interrogé par la BBC pour savoir si le Royaume-Uni entrait maintenant dans une deuxième vague, M. Hancock a répondu : « Ce n’est pas encore le cas et nous sommes absolument déterminés à prendre les mesures qui s’imposent ».

Les mesures ont été introduites à la hâte au début de la « fête du sacrifice » annuelle de l’Aïd al-Adha musulman.

Les habitants des zones touchées ont reçu l’ordre de ne pas fréquenter d’autres ménages à la maison ou dans les jardins, ni de rencontrer d’autres ménages dans les pubs, les restaurants, les cafés, les magasins, les lieux de culte ou de loisirs.
Mais les gens sont autorisés à fréquenter un pub, une église ou une mosquée avec des membres de leur propre ménage.

Les personnes qui enfreignent les règles sont passibles d’une amende de 100 livres.

Les données officielles font état de 846 nouveaux tests positifs en Grande-Bretagne, soit le nombre le plus élevé d’infections quotidiennes depuis le 28 juin.

Reportage de Guy Faulconbridge et Kate Holton pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :