Les médecins et infirmières philippins préconisent de nouvelles mesures de confinement du COVID

Le président philippin Rodrigo Duterte a ordonné samedi à son groupe de travail sur les coronavirus de répondre aux préoccupations de plus d’un million de médecins et d’infirmières qui ont demandé le rétablissement d’un verrouillage strict après un troisième jour d’infections record
Mais le gouvernement a mis en doute la demande des travailleurs de la santé de première ligne de rétablir un verrouillage strict de la zone peuplée dans et autour de la capitale Manille.

Dans le plus grand appel jamais lancé par des experts médicaux pour contenir le virus, 80 groupes représentant 80 000 médecins et un million d’infirmières, ont déclaré que les Philippines étaient en train de perdre la lutte contre COVID-19 et ont mis en garde contre l’effondrement du système de santé dû à la montée en flèche des infections sans contrôles plus stricts.
« Nos travailleurs de la santé sont épuisés par le nombre apparemment infini de patients qui se rendent dans nos hôpitaux pour les soins d’urgence et l’admission », a déclaré le groupe, dirigé par le Collège des médecins philippins, dans une lettre au président, alors que la nation du sud-est asiatique a enregistré 4 963 infections par le coronavirus.

« Nous menons une bataille perdue d’avance contre le COVID-19 », a-t-il déclaré.

Les professionnels de la santé, dont des microbiologistes, des experts en maladies infectieuses et en santé publique, des pédiatres et des infirmières, ont appelé à un confinement de deux semaines à Manille et dans les provinces au sud de la ville jusqu’à la mi-août.

Mais le secrétaire au commerce Ramon Lopez a déclaré que la capitale et les provinces voisines ne peuvent pas se permettre un retour à la quarantaine, que les gens « doivent gérer et vivre avec le virus, qui est là pour rester », et qu’il existe d’autres moyens d’empêcher sa propagation.

Roque a déclaré que le gouvernement menait un « délicat exercice d’équilibre entre la santé publique et la santé économique de la nation ».

À la mi-mars, Duterte a imposé l’un des plus longs et des plus stricts blocages au monde dans la capitale et les autres provinces pour combattre le virus.
Dans un effort pour relancer l’économie, les restrictions ont été assouplies en juin, ce qui a permis une plus grande liberté de mouvement des personnes et la réouverture de certaines entreprises. Mais les infections ont depuis été multipliées par cinq, pour atteindre 98 232, et le nombre de décès a plus que doublé pour atteindre 2 039.

Manille et les provinces voisines représentent les deux tiers de l’économie philippine, et comptent parmi celles qui connaissaient la croissance la plus rapide en Asie avant la pandémie.

Reportage de Neil Jerome Morales, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :