La Chine promet des représailles si les États-Unis prennent des mesures contre les journalistes

La Chine s’est engagée mardi à exercer des représailles si les Etats-Unis persistent à mener des « actions hostiles » contre les journalistes chinois qui pourraient être contraints de partir dans les prochains jours si leurs visas américains ne sont pas prolongés.
Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré aux journalistes lors d’un briefing quotidien qu’aucun journaliste chinois aux États-Unis n’avait obtenu de prolongation de visa puisque les États-Unis, le 11 mai, ont limité leur séjour à 90 jours, avec une option de prolongation.

« Les États-Unis ont intensifié leurs actions contre les journalistes chinois », a déclaré Wang aux journalistes. « Les États-Unis devraient immédiatement corriger leur erreur et cesser leurs actions. »

« Si les États-Unis persistent, la Chine prendra une réponse nécessaire et légitime pour sauvegarder ses droits », a-t-il déclaré.
Wang n’a pas dit combien de journalistes chinois ont été touchés ni quelles représailles la Chine pourrait envisager, mais le rédacteur en chef du journal chinois Global Times a déclaré que les journalistes américains basés à Hong Kong seraient parmi ceux qui seraient visés si les journalistes chinois étaient contraints de quitter les États-Unis.

« La partie chinoise s’est préparée au pire scénario dans lequel tous les journalistes chinois doivent partir », a déclaré M. Hu sur Twitter.

« Si c’est le cas, la partie chinoise prendra des mesures de rétorsion, y compris en ciblant les journalistes américains basés à HK. »

Le Global Times est publié par le People’s Daily, le journal officiel du Parti communiste chinois au pouvoir.
Les deux pays, dont les relations se sont fortement détériorées récemment sur diverses questions, notamment le commerce et le nouveau coronavirus, ont échangé plusieurs actions de représailles contre des journalistes au cours des derniers mois.

En mars, les États-Unis ont réduit de 160 à 100 le nombre de ressortissants chinois autorisés à travailler dans les bureaux américains des principaux médias publics chinois.

La Chine a expulsé cette année des journalistes américains travaillant pour trois journaux américains – le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post – et a menacé d’égaler toute autre action américaine contre des journalistes chinois.

Reportages de Yew Lun Tian et de Brenda Goh, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :