Selon les scientifiques, la deuxième vague de COVID « risque fort » de frapper la France cette année

Une deuxième vague de l’épidémie de coronavirus est « très probable » en France à l’automne ou en hiver, a mis en garde mardi le principal organe scientifique du gouvernement, alors que les autorités cherchent à contenir l’augmentation des nouveaux cas au cours des deux dernières semaines.

Après que des mesures strictes de confinement aient fait baisser les taux d’infection, de nombreux pays européens voient maintenant les chiffres remonter, conséquence de l’assouplissement des mesures de restriction pour tenter de limiter les dégâts économiques et d’une plus grande mixité sociale pendant la période des fêtes.

« La situation est précaire et nous pourrions à tout moment basculer dans un scénario moins maîtrisé, comme en Espagne », a déclaré le comité scientifique français dans un communiqué publié par le ministère de la santé.

« Il est très probable que nous connaîtrons une deuxième vague épidémique cet automne ou cet hiver », a-t-il déclaré, ajoutant que si les gens ne respectaient pas les règles de distanciation sociale, il ne pouvait pas exclure un retour de l’épidémie dès cet été.

Cet avertissement intervient après que le chef du syndicat des médecins allemands ait déclaré que l’Allemagne était déjà confrontée à une deuxième vague et risquait de gâcher son succès initial en bafouant les règles de distanciation sociale.

Les autorités françaises ont déjà commencé à renforcer les règles d’hygiène publique, avec des villes comme Lille et Nice qui ordonnent aux gens de porter des masques dans les rues piétonnes très fréquentées.
La France a signalé 3 376 nouveaux cas confirmés de COVID-19 au cours des trois derniers jours et le nombre de personnes traitées dans les unités de soins intensifs pour cette maladie a commencé à augmenter.

Le président Emmanuel Macron, en vacances dans sa résidence d’été de Bregançon sur la côte méditerranéenne, devrait se rendre dans la ville portuaire de Toulon plus tard dans la journée pour rencontrer les travailleurs sociaux qui s’occupent des personnes âgées.

Reportage de Henri-Pierre André ; pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :