Facebook, Twitter, YouTube tirent les postes d’atout de la désinformation sur les coronavirus.


Mercredi, Facebook Inc a retiré un message du président américain Donald Trump, qui, selon la société, violait ses règles contre le partage de fausses informations sur le coronavirus.

Le message contenait un clip vidéo, tiré d’une interview avec Fox & Friends plus tôt dans la journée, dans lequel Trump affirmait que les enfants sont « presque immunisés » contre le COVID-19.

« Cette vidéo contient de fausses affirmations selon lesquelles un groupe de personnes est immunisé contre COVID-19, ce qui est une violation de nos politiques concernant la désinformation nuisible sur COVID », a déclaré un porte-parole de Facebook.

Un tweet contenant la vidéo qui a été posté par le compte @TeamTrump de la campagne Trump et partagé par le président a également été caché par la suite par Twitter Inc pour avoir enfreint ses règles de désinformation COVID-19.

Un porte-parole de Twitter a déclaré que le propriétaire du compte @TeamTrump serait tenu de supprimer le tweet avant de pouvoir le re-tweeter.

YouTube, par l’intermédiaire d’un porte-parole, a déclaré qu’il avait également retiré la vidéo pour avoir enfreint ses règles de désinformation COVID-19. Cependant, l’interview originale reste disponible sur la page de Fox News sur la plateforme. YouTube n’a pas répondu immédiatement aux demandes de clarification concernant les vidéos retirées.

La campagne Trump a accusé les sociétés de partialité contre le président, affirmant que Trump avait déclaré un fait. « Les sociétés de médias sociaux ne sont pas les arbitres de la vérité », a déclaré Courtney Parella, porte-parole de la campagne.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré que si les adultes constituent la plupart des cas connus de COVID-19 à ce jour, certains enfants et nourrissons ont été atteints de la maladie et peuvent également la transmettre à d’autres.

Une analyse de l’Organisation mondiale de la santé portant sur 6 millions d’infections entre le 24 février et le 12 juillet a révélé que la part des enfants âgés de 5 à 14 ans était d’environ 4,6 %.

La Maison Blanche n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires. Lors d’une réunion d’information à la Maison Blanche, M. Trump a répété que le virus avait peu d’impact sur les enfants.

« Les enfants le gèrent très bien », a-t-il déclaré aux journalistes. « Si vous regardez les chiffres, en termes de mortalité, de décès … pour les enfants en dessous d’un certain âge … leur système immunitaire est très très fort et très puissant. Ils semblent être capables de très bien le gérer, et cela est confirmé par toutes les statistiques ».

C’était la première fois que Facebook retirait un message d’atout pour la désinformation sur les coronavirus, a déclaré le porte-parole de la société.

C’est également la première fois que l’entreprise de médias sociaux a retiré un message du président pour avoir enfreint ses règles de désinformation.

Twitter a retiré un post retweeté par Trump qui pointait vers une vidéo virale trompeuse sur le coronavirus, mais a laissé des clips du président suggérant aux scientifiques d’enquêter en utilisant de la lumière ou un désinfectant sur les patients.

Twitter a déclaré que ces remarques exprimaient un souhait de traitement, plutôt qu’un appel littéral à l’action.

Il a également laissé un message de mars du PDG de Tesla Inc, Elon Musk, qui a déclaré que « les enfants sont essentiellement immunisés » contre le virus.

Ces derniers mois, Facebook s’est attiré les foudres des législateurs et de ses propres employés pour ne pas avoir pris de mesures à l’égard des messages incendiaires de Trump.

L’entreprise a déjà retiré des publicités de la campagne électorale de Trump pour avoir enfreint les règles de désinformation, dans ce cas autour d’un recensement national.

Elle a également retiré les messages de Trump et les publicités de campagne qui montraient un triangle inversé rouge, symbole utilisé par les nazis pour identifier les prisonniers politiques, pour avoir violé sa politique contre la haine organisée.


Source photo : Andrew Harnik pour Reuters ; rédaction par Richard Pullin, Christopher Cushing et Fanny Potkin, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :