Les Australiens veulent que l’usine chimique soit déplacée après l’explosion mortelle de Beyrouth.


Certains résidents australiens de la ville de Newcastle, à 163 km (101 miles) au nord de Sydney, ont demandé le déplacement d’une grande usine de nitrate d’ammonium, stockant jusqu’à quatre fois la quantité qui aurait explosé au Liban.

Les autorités libanaises ont attribué l’explosion de mardi à un énorme stock de matériel hautement explosif stocké depuis des années dans des conditions dangereuses dans le port de Beyrouth, qui a tué au moins 145 personnes et en a blessé plus de 5 000.

On estime qu’environ 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium ont été impliquées dans l’explosion.

En comparaison, l’entreprise australienne Orica stocke en moyenne entre 6 000 et 12 000 tonnes de nitrate d’ammonium (AN) dans son usine de l’île de Kooragang, dans le port de Newcastle, a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Ce stock a conduit des groupes de résidents à faire campagne pour la relocalisation de l’usine, selon plusieurs rapports des médias locaux.

« C’est un endroit totalement inapproprié pour produire et stocker un matériau aussi dangereux, et c’est quelque chose dont nous nous plaignons depuis de nombreuses années », a déclaré l’ingénieur chimiste et militant communautaire Keith Craig à l’Australian Broadcasting Corp (ABC).

Il fait partie des 300 résidents du Stockton Community Action Group qui font campagne pour que l’usine Orica soit délocalisée ou que ses stocks soient réduits de manière significative, a rapporté l’ABC.

Dans une déclaration, Orica a déclaré qu’elle suivait toutes les normes internationales et les réglementations locales pour garantir la sécurité à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement de fabrication.

« Les zones de stockage de l’AN sont résistantes au feu et construites exclusivement avec des matériaux ininflammables », a déclaré l’Orica.

« …nous adoptons une approche rigoureuse et de bonnes pratiques en matière de sécurité dans la production, le stockage et le transport de tous nos produits. »

« Il faut être extrêmement négligent avec AN pour qu’il explose », a-t-il dit. La vidéo de l’explosion de Beyrouth suggère que des feux d’artifice ont été stockés à proximité. Certains rapports indiquent qu’un soudeur a déclenché un incendie.

« Cela ne peut être comparé à la production, au stockage et au transport d’AN par Orica et d’autres en Australie, qui sont responsables et très réglementés », a déclaré Orica.


Source photo : pour Reuters ; rédaction par Jacqueline Wong, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :