Les actionnaires d’Airbus SE aux États-Unis intentent un procès pour fraude en raison de divulgations, d’enquêtes sur la corruption.


Airbus SE a été poursuivie jeudi par des actionnaires qui accusent le constructeur européen de fraude boursière de les avoir induits en erreur sur sa capacité à éviter et à gérer les accusations de corruption pendant près de 4 ans et demi.

L’action collective proposée a été déposée par l’actionnaire Andrew Kornecki devant le tribunal fédéral de Newark, New Jersey, et vise à obtenir des dommages-intérêts non spécifiés pour les violations présumées par Airbus des lois américaines sur les valeurs mobilières.

Le directeur général Guillaume Faury et son prédécesseur, Tom Enders, ainsi que le directeur financier Dominik Asam et son prédécesseur, Harald Wilhelm, ont également été cités comme défendeurs.

Les porte-parole d’Airbus n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires au nom de tous les défendeurs.

Airbus a accepté en janvier un règlement de 4 milliards de dollars pour des accusations de corruption portées par les autorités américaines, britanniques et françaises provenant de plus d’une douzaine de pays, et qu’un juge américain a qualifié de « système de corruption omniprésent et pernicieux ».

En juillet, le Serious Fraud Office britannique a annoncé des accusations de corruption contre l’unité de gestion des projets spéciaux GPT d’Airbus et trois personnes dans le cadre d’un contrat de fourniture de services de communication pour la Garde nationale saoudienne.

La plainte de jeudi accusait Airbus de dissimuler des lacunes dans ses contrôles de conformité, l’exposant à un risque accru de sondage sur la question de savoir si les pots-de-vin et la corruption ont contribué à augmenter les recettes et les profits.

Elle a déclaré que cela avait entraîné diverses mesures réglementaires et des règlements qui ont fait chuter le cours de l’action Airbus.

La plainte vise à obtenir des dommages et intérêts pour les détenteurs de certificats américains de dépôt d’Airbus entre le 24 février 2016 et le 30 juillet 2020.

Il est courant aux États-Unis que les actionnaires poursuivent les sociétés en justice pour des pertes d’investissement qu’ils attribuent à des informations fausses, trompeuses ou inadéquates.

Il s’agit de l’affaire Kornecki contre Airbus SE et al, U.S. District Court, District of New Jersey, No. 20-10084.


Source photo : Stéphane Mahe pour Reuters ; rédaction par Dan Grebler, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :