Facebook supprime un petit réseau pro-Trump basé en Roumanie.


Facebook Inc a déclaré jeudi qu’il avait récemment supprimé un petit réseau de comptes opérant depuis la Roumanie qui faisait la promotion de la campagne de réélection du président Donald Trump avec des histoires sur son soutien par des conservateurs, des Noirs américains, des chrétiens et des adeptes du réseau QAnon de théories de conspiration sans fondement.

La plupart des 35 comptes Facebook et des 88 comptes Instagram se sont fait passer pour des Américains, et certains ont géré des pages de fans de Trump, mais ils ont enfreint les règles du réseau social sur ce qu’il appelle un comportement inauthentique coordonné. En plus de tromper les gens sur leur localisation, certains titulaires de comptes ont fait courir plusieurs personnages avec des noms similaires qui ont publié un contenu identique, a déclaré Facebook.

Le réseau avait une faible portée, avec seulement 1 600 comptes suivant les pages Facebook et 7 200 suivant les comptes sur Instagram, qui est la propriété de Facebook.

Le responsable de la politique de sécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, a déclaré que la société était incapable de dire si le groupe roumain était motivé par l’argent, l’idéologie ou une directive gouvernementale.

Le Digital Forensics Research Lab du Conseil atlantique, une organisation à but non lucratif, a déclaré que certaines pages ne partageaient que le contenu de la page de Trump, tandis que d’autres faisaient la promotion de QAnon, qui relie différentes théories autour de l’idée que Trump mène secrètement une guerre contre les puissants démocrates qui adorent le diable et abusent des enfants. Le FBI a averti l’année dernière que QAnon inciterait probablement les extrémistes à commettre des actes de violence.

Le directeur du laboratoire du Conseil atlantique, Graham Brookie, a déclaré qu’il n’y avait pas de liens évidents avec les associés ou les substituts de Trump, et M. Gleicher a déclaré qu’il n’y avait pas de liens évidents avec des acteurs commerciaux établis tels que des entreprises qui vendent des « j’aime » et des adeptes.

En décembre, Facebook a supprimé des réseaux beaucoup plus importants et mieux connectés qui soutenaient Trump, y compris un réseau qui, selon lui, était connecté à l’Epoch Times ici, qui a été fondé par des partisans du mouvement spirituel Falun Gong et qui critique souvent le gouvernement chinois.

L’éditeur de l’Epoch Times, Stephen Gregory, a nié qu’il était connecté au réseau que Facebook a démantelé en décembre. Reuters ne peut pas vérifier de manière indépendante les preuves fournies par Facebook ou par l’Epoch Times pour appuyer leurs affirmations.

Facebook a déclaré jeudi qu’il avait supprimé un autre réseau qui reprenait le contenu de l’Epoch Times et d’autres médias du Falun Gong dans le cadre d’une action de suivi.

Bien qu’il soit plus petit que le réseau du mois de décembre, le nouveau réseau a rassemblé plus de 2 millions d’adeptes en publiant des articles sur des sujets tels que les manifestations de Hong Kong, le coronavirus, la politique américaine envers la Chine, ainsi que des photos d’animaux, a déclaré Facebook.

Gregory a déclaré qu’Epoch Times n’avait eu aucune relation avec le réseau démantelé cette semaine. Reuters n’a pas pu confirmer cela.


Rédaction par Matthew Lewis et Himani Sarkar, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :