L’Apple Daily de Hong Kong s’engage à se battre après l’arrestation de son propriétaire

Le tabloïd Apple Daily de Hong Kong a réagi avec défi, à l’arrestation du propriétaire Jimmy Lai en vertu d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin, promettant de continuer à se battre en première page sur une image de Lai menotté.
Les lecteurs ont fait la queue dès les premières heures du jour pour obtenir des exemplaires du tabloïd pro-démocratie, un jour après que la police a fait une descente dans ses bureaux et a mis Lai en détention, l’arrestation la plus médiatisée en vertu de la loi sur la sécurité nationale.

« Apple Daily doit continuer à se battre », titre la une, alors que l’on craint que la nouvelle loi n’érode la liberté des médias dans le territoire semi-autonome.

« Les prières et les encouragements de nombreux lecteurs et écrivains nous font croire que tant qu’il y aura des lecteurs, il y aura des écrivains, et qu’Apple Daily doit certainement continuer à se battre ».
Plus de 500 000 exemplaires ont été imprimés, contre les 100 000 habituels, indique le journal sur son site web.

Né en Chine continentale, Lai, qui a été introduit clandestinement à Hong Kong sur un bateau de pêche alors qu’il était un enfant de 12 ans sans le sou, est l’un des plus éminents militants de la démocratie dans cette ville dirigée par les Chinois et un ardent critique du régime du Parti communiste à Pékin.

Son arrestation intervient alors que l’opposition pro-démocratie de Hong Kong fait l’objet de critiques internationales et suscite des craintes pour les libertés promises par Pékin lors du retour de l’ancienne colonie britannique en Chine en 1997.

La vaste loi de sécurité imposée le 30 juin punit de la prison à vie tout ce que la Chine considère comme de la sécession, de la subversion, du terrorisme ou de la collusion avec des forces étrangères.
Le gouvernement de la ville, soutenu par Pékin, et les autorités chinoises affirment que cette loi est nécessaire pour rétablir l’ordre après des mois de manifestations anti-gouvernementales parfois violentes l’année dernière, suscitées par la crainte que la Chine n’érode lentement les libertés de la ville.

Depuis, Hong Kong est devenue une autre source de conflit entre les États-Unis et la Chine, dont les relations étaient déjà au plus haut point tendues depuis des années sur des questions telles que le commerce, le nouveau coronavirus, le traitement par la Chine de sa minorité musulmane ouïgoure et ses revendications dans la mer de Chine méridionale.

Lundi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a qualifié Lai de « patriote », affirmant que Pékin avait « éviscéré » les libertés de Hong Kong.

La Grande-Bretagne a déclaré que l’arrestation de Lai était une preuve supplémentaire que la loi de sécurité était un « prétexte pour faire taire l’opposition », ce à quoi l’ambassade de Chine a répondu en demandant à Londres de cesser « d’utiliser la liberté de la presse comme excuse pour discréditer » la loi.
DANSER AVEC L’ENNEMI
La police a arrêté Lai pour collusion présumée avec des forces étrangères après qu’environ 200 officiers aient fouillé les bureaux du journal, rassemblant 25 boîtes de preuves.

Menotté et portant apparemment les mêmes vêtements après avoir passé la nuit en prison, il a été conduit par la police mardi à son yacht que la police a fouillé, selon les images des médias.

Pékin a qualifié Lai de « traître » dans le passé et a publié une déclaration soutenant son arrestation.

Le China Daily, soutenu par Pékin, a déclaré dans un éditorial que l’arrestation de Lai montrait « le prix à payer pour danser avec l’ennemi ». Le journal a ajouté que « une justice retardée ne signifie pas une absence de justice ».

La police a arrêté 10 personnes en tout lundi, dont d’autres dirigeants de l’Apple Daily et Agnes Chow, 23 ans, l’une des anciens dirigeants du groupe pro-démocratie Demosisto du jeune militant Joshua Wong, qui s’est dissous avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi.
Le mouvement pro-démocratique de Hong Kong a réussi à maintenir un large soutien au sein de la communauté.

Les actions de Next Digital (0282.HK), qui publie le quotidien Apple Daily, ont bondi pour un deuxième jour, gagnant plus de 2 078 % par rapport à la clôture de vendredi, après que des forums pro-démocratie en ligne aient appelé les investisseurs à manifester leur soutien.

Sa valeur marchande a atteint 5,17 milliards de HK$ (666,7 millions de dollars), contre quelque 200 millions de HK$.

Dans le quartier populaire de Mong Kok, des dizaines de personnes ont fait la queue dès 2 heures du matin (1800 GMT) pour acheter le journal de Lai.

« Ce que la police a fait hier a brutalement porté atteinte à la liberté de la presse », a déclaré Kim Yau, 45 ans, alors qu’elle achetait un exemplaire.
« Tous les habitants de Hong Kong qui ont une conscience doivent soutenir Hong Kong aujourd’hui, soutenir Apple Daily. »

Dans une autre manifestation de soutien, de longues files d’attente se sont formées à l’heure du déjeuner au restaurant Cafe Seasons, propriété du fils de Lai, Ian, qui a également été arrêté lundi.

La semaine dernière, les États-Unis ont imposé des sanctions à plusieurs hauts fonctionnaires en raison de ce qu’ils ont déclaré être leur rôle dans la restriction des libertés politiques à Hong Kong. La Chine a réagi en imposant des sanctions à des législateurs américains de haut niveau et à d’autres personnes.

Yoyo Chow pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :