L’Iran déclare que la campagne américaine pour l’embargo sur les armes à l’ONU échouera

Les efforts des Etats-Unis pour obtenir du Conseil de sécurité de l’ONU qu’il prolonge l’embargo sur les armes à Téhéran échoueraient, a déclaré le président iranien Hassan Rouhani dans un discours télévisé mercredi, un jour après que les responsables américains aient fait circuler une proposition révisée.

Washington a rationalisé son offre mardi pour obtenir un soutien plus important au sein du Conseil de sécurité de 15 membres, mais il est peu probable qu’il puisse surmonter l’opposition des puissances de veto, la Russie et la Chine, à la prolongation de l’embargo sur les armes qui prend fin en octobre dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 conclu par l’Iran avec six puissances mondiales.

« Jusqu’à aujourd’hui, les Etats-Unis ont échoué politiquement, et ils échoueront encore… si une telle résolution est adoptée… Ses initiateurs seront responsables des conséquences », a déclaré M. Rouhani, sans préciser quelle pourrait être la réaction de Téhéran.

La nouvelle résolution américaine prolongerait l’interdiction des armes de l’Iran « jusqu’à ce que le Conseil de sécurité en décide autrement », en déclarant qu’elle est « essentielle au maintien de la paix et de la sécurité internationales ».
Le précédent projet de résolution américain a été qualifié de « maximaliste » par les diplomates et les analystes. Il aurait exigé des pays qu’ils inspectent les cargaisons à destination ou en provenance de l’Iran et comportait une annexe d’individus et d’entités faisant l’objet de sanctions ciblées.

Par ailleurs, le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que le projet américain révisé était une résolution « très illégale ».

« Je suis certain que le Conseil de sécurité le rejettera ».

Bien que le président américain Donald Trump se soit retiré de l’accord nucléaire en 2018, Washington a menacé d’utiliser une disposition de l’accord pour déclencher un retour de toutes les sanctions de l’ONU sur l’Iran si le Conseil de sécurité ne prolonge pas indéfiniment l’embargo sur les armes.
Le renouvellement des sanctions – un mouvement connu sous le nom de « snapback » – mettrait probablement fin à l’accord nucléaire, en vertu duquel l’Iran a accepté de freiner son programme sensible d’enrichissement d’uranium en échange de la levée de la plupart des sanctions sur Téhéran.

Washington a réimposé de sévères sanctions économiques et financières à la République islamique depuis 2018. En représailles, l’Iran a progressivement réduit ses engagements fixés par l’accord nucléaire.

Rédaction de Parisa Hafezi ; pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :