Le Royaume-Uni dit qu’il n’a pas d’autre choix que de mettre en quarantaine les arrivants français

La Grande-Bretagne n’a pas d’autre choix que d’imposer une quarantaine de 14 jours à tous les voyageurs arrivant de France en raison de la hausse des taux d’infection par le coronavirus dans ce pays, a déclaré vendredi le ministre des transports Grant Shapps.

La Grande-Bretagne a annoncé tard jeudi qu’elle imposerait une quarantaine, à partir de 0300 GMT samedi, aux arrivées de France, des Pays-Bas et de Malte, car les taux d’infection y étaient trop élevés, portant un nouveau coup à l’industrie du voyage.

La France a averti qu’elle allait rendre la pareille.

M. Shapps a déclaré qu’il sympathisait avec les voyageurs mais qu’ils ne devaient pas être entièrement surpris, étant donné la situation fluide autour de la pandémie.

« C’est une situation dynamique, et je ne pense pas que quiconque… voudrait que nous fassions autre chose que de protéger la santé et la sécurité publiques », a déclaré M. Shapps à Sky News.

« Cela signifie que lorsque nous voyons des pays dépasser un certain niveau de cas … alors nous n’avons pas vraiment d’autre choix que d’agir », a-t-il ajouté.
M. Shapps a estimé qu’environ 160 000 vacanciers britanniques en France seraient concernés par les nouvelles règles de quarantaine, mais il a exclu toute assistance spéciale, affirmant qu’ils connaissaient les risques avant de voyager.

Les Britanniques ont effectué 10,3 millions de voyages en France l’année dernière, ce qui en fait la deuxième destination outre-mer la plus populaire après l’Espagne, et la Grande-Bretagne a reçu 3,6 millions de visiteurs de France, le deuxième plus grand nombre après les États-Unis.

La France rejoint maintenant l’Espagne sur la liste de quarantaine, ce qui dissuade les voyages dans ce pays et cause de nouveaux maux de tête aux compagnies aériennes et aux agences de voyage qui comptaient sur une reprise en août.

Les finances de nombreuses entreprises du secteur du voyage sont déjà proches du point de rupture après trois mois d’interruption des vacances, et elles ont demandé au gouvernement de trouver une alternative à la quarantaine.
Airlines UK, l’organisme du secteur qui représente British Airways, easyJet et Ryanair entre autres, a déclaré qu’il faudrait plutôt mettre en place un régime de tests permettant aux gens d’éviter la quarantaine ou des règles de quarantaine qui ne couvrent que les régions les plus touchées, au lieu de pays entiers.

« C’est un autre coup dévastateur pour l’industrie du voyage, déjà en proie à la pire crise de son histoire », a déclaré Tim Alderslade, PDG d’Airlines UK.

Les actions d’easyJet ont chuté de 5 % tandis que celles d’IAG, qui possède British Airways, ont perdu 4 %. Les analystes de Goodbody ont déclaré que le trafic franco-britannique devait représenter 6 % du trafic de BA et 4,4 % de celui d’easyJet au troisième trimestre.

En plus de la politique de quarantaine, la Grande-Bretagne a déconseillé tout voyage en France, sauf les voyages essentiels – une mesure qui déclenche souvent des demandes d’indemnités d’assurance voyage et rend difficile la couverture des nouveaux voyageurs.

Reportage d’Alistair Smout, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :