Les médecins russes se méfient d’un vaccin COVID-19 rapidement approuvé

Une majorité de médecins russes ne seraient pas à l’aise de se faire injecter le nouveau vaccin russe COVID-19 en raison du manque de données suffisantes à son sujet et de son approbation ultra-rapide, a montré vendredi une enquête menée auprès de plus de 3 000 professionnels de la santé.

La Russie a déclaré que le premier vaccin au monde contre le nouveau coronavirus sera mis sur le marché d’ici la fin du mois, et que les médecins feront partie de ceux qui recevront ce vaccin sur une base volontaire.

Le vaccin, appelé « Spoutnik V » en hommage au premier satellite au monde lancé par l’Union soviétique en 1957, n’a pas encore terminé ses derniers essais et certains scientifiques ont déclaré qu’ils craignaient que Moscou ne fasse passer le prestige national avant la sécurité.
Une enquête menée auprès de 3 040 médecins et spécialistes de la santé, réalisée par l’application mobile « Doctor’s Handbook » et citée vendredi par le quotidien RBC, a montré que 52 % d’entre eux n’étaient pas prêts à être vaccinés, tandis que 24,5 % ont déclaré qu’ils accepteraient de se faire vacciner.

Seulement un cinquième des répondants ont déclaré qu’ils recommanderaient le vaccin à leurs patients, collègues ou amis.

Leurs craintes sont partagées par certains Russes qui se disent trop effrayés pour essayer le vaccin, tandis que d’autres sont d’accord avec leur gouvernement pour dire que le scepticisme exprimé par les experts étrangers est motivé par la jalousie.
L’approbation du vaccin russe intervient avant les essais qui devraient normalement impliquer des milliers de participants, communément appelés phase III. Ces essais sont généralement considérés comme des précurseurs essentiels pour qu’un vaccin obtienne l’approbation réglementaire.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le vaccin, développé par l’Institut Gamaleya de Moscou, était sûr et qu’il avait été administré à l’une de ses filles.

Le ministre de la santé Mikhail Murashko a rejeté les inquiétudes de certains experts concernant l’approbation rapide du médicament par Moscou, les qualifiant de « sans fondement ».

Reportage d’Alexander Marrow, pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :