Les soldats maliens promettent une transition civile après l’éviction du président

Les soldats qui ont organisé un coup d’Etat militaire au Mali ayant conduit à la démission du président Ibrahim Boubacar Keita et de son gouvernement ont déclaré mercredi qu’ils prévoyaient de former un gouvernement civil de transition qui organisera de nouvelles élections.

Keita a démissionné et dissous le parlement mardi soir après que des soldats mutins l’aient détenu sous la menace d’une arme, plongeant ainsi plus profondément dans la crise un pays déjà confronté à une insurrection djihadiste et à des protestations de masse.
Dans une déclaration diffusée à la télévision publique tôt mercredi, un porte-parole des mutins se faisant appeler le Comité national pour le salut du peuple a déclaré qu’ils avaient décidé d’agir pour empêcher le Mali de tomber encore plus dans le chaos.

Flanqué de soldats, le porte-parole du comité, le colonel Ismael Wague, a invité la société civile et les mouvements politiques du Mali à se joindre à eux pour créer les conditions d’une transition politique qui mènerait à des élections.
« Notre pays s’enfonce dans le chaos, l’anarchie et l’insécurité, principalement par la faute du peuple qui est en charge de son destin », a-t-il déclaré.

Le coup d’Etat militaire a été condamné par les partenaires régionaux et internationaux du Mali qui craignent que la chute de Keita ne déstabilise davantage l’ancienne colonie française et toute la région du Sahel en Afrique de l’Ouest.

Reportage de Bate Felix ; pour reuters ; traduit et édité par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :